“Nous sommes dans une évolution plus lente mais cela devrait nous alerter”, a prévenu samedi le ministre de la Santé sur BFMTV. En 24 heures, 8 975 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés dans le pays, a annoncé ce vendredi la direction générale de la santé.

La France devrait s’attendre à une augmentation des admissions en soins intensifs pour infections à Covid-19 au cours des deux prochaines semaines, en raison de la forte augmentation des cas de contamination identifiés ces derniers jours, a déclaré le ministre de la Santé. Olivier Véran, samedi 5 septembre.

“Nous ne sommes pas sur la même courbe épidémique qu’au printemps dernier, nous sommes dans un développement plus lent mais cela devrait nous alerter”a expliqué le ministre sur BFMTV, au lendemain de la publication par les autorités sanitaires d’un relevé quotidien de contamination depuis le déclenchement de l’épidémie. Dans 24 heures, 8 975 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés en France, a annoncé vendredi la direction générale de la santé (DGS).

L’hospitalisation et l’admission aux soins intensifs ne sont que le reflet de la situation épidémique d’il y a deux semaines. Il est donc évident que dans la prochaine quinzaine il y aura une augmentation, pas massive mais une augmentation quand même, du nombre de cas graves, d’hospitalisations et d’admissions en réanimation.Olivier Véran, ministre de la Santésur BFMTV

Même si les personnes dans la vingtaine à la quarantaine, qui développent des formes moins sévères de Covid-19, sont quatre fois plus contaminées que les personnes âgées selon le ministre, le nombre de patients hospitalisés pour une infection à Covid-19 a été fixé vendredi à 4 671 contre 4 643 la veille et 473 cas graves ont été traités en réanimation.

READ  Wall Street coule à nouveau, minée par la technologie

«Cette semaine, il y a eu en moyenne 55 patients admis aux soins intensifs par jour, c’est-à-dire que nous sommes en moyenne de 1 500 à 2 000 admissions de poulies par mois dans notre pays. pas neutre et il faut être extrêmement attentif “a insisté le ministre de la Santé.

Olivier Véran a également précisé que la France était prête à recevoir “29 000 patients au total, non pas en même temps mais au total en vague épidémique, soit 12 000 lits équipés de ventilateurs”. “Je ne peux pas imaginer une reconfiguration générale. Aujourd’hui, nous avons d’autres moyens pour lutter contre la reprise du virus”, a poursuivi le ministre de la Santé, évoquant notamment le million de tests effectués dans le pays chaque semaine: “Nous avons un radar que nous n’avions pas l’hiver dernier.”