Skis diplômés du Whistler Freeride Club à la troisième place à Verbier; décroche la troisième place au classement général de la tournée 2022

Ancienne élève du Whistler Freeride Club (WFC), Olivia McNeill est entrée dans l’histoire à Verbier, en Suisse, il y a deux semaines, lorsqu’elle est devenue la première skieuse canadienne à terminer sur le podium du Freeride World Tour.

À l’approche de la cinquième et dernière étape du FWT, McNeill s’est retrouvée juste à côté d’une position sur le podium, à 2305 points de l’Américaine Lily Bradley en troisième position.

Avec un écart de plus de 2000 points entre elle et les places sur le podium, les chances de McNeill de se classer parmi les trois premières étaient minces lorsqu’elle a pris le départ de sa course à Verbier le samedi 26 mars.

Mais là où beaucoup à sa place calculeraient les scores potentiels nécessaires pour monter sur le podium et déterminer quel placement pourrait les y amener, McNeill était plus préoccupée par l’organisation d’une bonne course que son corps en proie aux blessures pourrait gérer sans s’écraser.

« Normalement, je ne m’intéresse pas aux mathématiques. Je suppose que la chose principale est que j’ai eu affaire à des blessures chroniques et d’autres choses. Je le sentais vraiment à Fieberbrunn et je ne pouvais pas vraiment skier et je ne pouvais tout simplement pas faire tout ce que je voulais faire », a-t-il déclaré. « Donc, aller à Verbier, ma principale préoccupation au-delà des points ou quoi que ce soit était de savoir ce que je serais capable de faire. J’espérais avoir une capacité de 60 à 65 %, au moins juste pour descendre.

READ  Lucy Charles-Barclay est sûre qu'elle peut battre le record de l'ironman de moins de huit heures, si elle peut trouver une piscine

« Je dirais que je n’ai jamais vraiment concouru pour des résultats en soi, mais c’est toujours important pour moi de pouvoir vraiment montrer mon type de ski. Je veux me mettre dans des situations où je peux le faire. C’est tout l’intérêt pour moi et c’est le plaisir que je ressens, juste pouvoir skier comme j’aime skier. C’était donc mon objectif principal.

Même si McNeill n’était pas concentrée sur le podium, le fait était qu’elle avait encore deux options pour une opportunité extérieure.

Option 1 : terminer premier. Même si cela ne lui aurait pas donné la première place, cela aurait probablement été suffisant pour l’amener à la deuxième place, avec une troisième place garantie. Mais avec les blessures persistantes, c’était loin. Option 2 : Terminez au moins deux places au-dessus de Bradley ou du Norvégien Hedvig Wessel.

Et dans une situation où McNeill avait besoin de tout pour suivre son chemin, les conditions sur la montagne ne lui rendaient pas service, selon l’entraîneur-chef du WFC et diffuseur du FWT Derek Foose.

« Extreme Verbier, c’est le nom de l’événement… C’est la finale du Freeride World Tour et c’est la première fois qu’ils ont une pleine capacité à la station, donc ça a eu cette super ambiance de festival. Toute la rue était fermée et les habitants devenaient fous, ils étaient tellement excités, comme les gens dans les rues et des milliers de personnes sur les pistes qui regardaient en direct. C’était électrique », a déclaré Foose.

« Mais je pense que la chose la plus importante à propos de cet événement était peut-être la dureté des conditions. La neige était vraiment dure, peut-être pire que dure. C’était définitivement un jour où quand les gens choisissaient trop, ils étaient punis par les conditions, ne pouvaient pas contrôler leur vitesse ou ne pouvaient pas atterrir sur les plus gros éléments qu’ils avaient choisis. »

READ  Le sport rend hommage au duc d'Édimbourg

Arrivant à la dernière place, après que Bradley et Jessica Hotter, la mieux classée, aient succombé à des conditions difficiles et se soient écrasés dans leurs courses, McNeill n’avait qu’à battre l’un des quatre skieurs restants pour décrocher une place sur le podium. Et elle n’avait pas tort.

« Il a été capable de faire un parcours qui, je pense, était intelligent compte tenu des conditions », a déclaré Foose. « Tout le monde veut gagner, donc je pense qu’elle était très intelligente. Il a skié les conditions, et je pense qu’aussi jeune qu’il soit, il était vraiment intelligent et mélangé avec les meilleurs au monde, ce qui était très excitant pour le [WFC] et pour nous ici à Whistler.

Avec une course propre, McNeill a pris la troisième place à Verbier et avec elle la troisième place sur le podium général du FWT 2022.

Mais bien que monter sur le podium ait été un moment excitant pour McNeill, l’aspect le plus important de l’exploit pour elle est de montrer aux plus jeunes freeriders du Canada que tout est possible s’ils font l’effort.

« J’ai reçu beaucoup de messages tout au long de la saison d’un groupe de jeunes concurrents sur leur enthousiasme à l’idée de me voir faire ce que je faisais », a-t-il déclaré.

« Je pense que c’est formidable et cela me rend vraiment heureux et me fait sentir vraiment bien dans ce que je fais avec le ski quand j’entends parler d’eux et je sais qu’ils sont là à me regarder le faire. Signifie beaucoup pour moi. »

READ  Man United « désireux de GARDER Marcus Rashford cet été » malgré une forme lamentable