Deux Français, installés au Québec depuis quelques années, font partie des victimes, a déclaré sans plus de détails le chef de la police québécoise Robert Pigeon lors d’un point de presse. Le pronostic de vie des blessés n’est pas compromis mais certains ont souffert « lacérations importantes ».

«Hier après-midi, nous avons plongé dans une nuit d’horreur lorsqu’un homme de 24 ans, qui ne vit pas au Québec, est venu chez nous avec l’intention de faire le plus de victimes possible., Il expliqua.

Le suspect, qui n’avait pas de casier judiciaire, était déguisé en costume médiéval et armé d’un sabre. « type katana ». « Tout porte à croire qu’il aurait choisi ses victimes au hasard »il ajouta.

L’auteur présumé, originaire de Montréal, doit comparaître en cour par vidéoconférence pendant la journée. « Je pense qu’il avait planifié son geste »ajouta le chef de la police.

Le jeune homme avait aussi « il a verbalisé son désir d’agir » Il y a cinq ans, mais il n’avait pas de casier judiciaire, dit-il.

«Tout le Québec est en deuil ce matin», de son côté, il a déploré la vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, qui a dénoncé les événements « barbares ».

Problèmes de santé mentale « 

Le premier ministre fédéral Justin Trudeau a dénoncé une «terrible tragédie». «J’ai le cœur brisé pour les proches des deux personnes tuées dans cette horrible attaque», a réagi de samedi soir à dimanche sur Twitter.

Les attentats ont eu lieu samedi soir dans le Vieux-Québec, notamment dans le célèbre quartier du Château Frontenac, haut lieu touristique de la capitale de la province canadienne francophone, selon la police. Le suspect a été arrêté après une poursuite qui a duré plusieurs heures.

READ  Tragédie lorsqu'une écolière de 15 ans meurt d'une infection par perçage des sourcils à la maison

Selon trois témoins cités par le journal québécois Le Soleil, l’agresseur aurait « sacrifié » sa première victime près du Château Frontenac et il y eut « beaucoup de sang ».

L’homme a ensuite poursuivi sa route sur la rue des Remparts, où la deuxième personne est décédée, avant de se diriger vers le port de Québec, causant d’autres blessures.