Novak Djokovic détient une participation majoritaire dans une société de biotechnologie danoise qui tente de développer un traitement contre le covid-19, a-t-il émergé.

Le numéro un mondial est actuellement de retour à Belgrade après avoir été expulsé d’Australie après avoir échoué à obtenir un visa pour entrer dans le pays pour l’Open d’Australie.

Le patron de QuantBioRes, Ivan Loncarevic, a révélé que l’acquisition de 80% du joueur de tennis avait eu lieu en juin 2020, mais il a refusé de dire combien c’était.

La société développe un peptide qui empêche le coronavirus d’infecter la cellule humaine et espère lancer des essais cliniques en Grande-Bretagne cet été, selon Loncarevic, qui a souligné que la firme travaillait sur un traitement, pas sur un vaccin.

Le PDG a déclaré que la société comptait une douzaine de chercheurs travaillant au Danemark, en Australie et en Slovénie. Selon le registre des sociétés danois, Djokovic et son épouse Jelena détiennent respectivement 40,8 % et 39,2 % de la société.

Un porte-parole de Djokovic n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Djokovic a connu un succès phénoménal, mais le temps n’est peut-être pas du côté du numéro un mondial dans sa quête pour être considéré comme le plus grand joueur de l’histoire, alors qu’il approche de la trentaine.

Il espérait désespérément jouer à l’Open d’Australie ce mois-ci avec pour objectif de remporter un 21e titre du Grand Chelem, ce qui le placerait au-dessus de ses rivaux Roger Federer et Rafa Nadal.

Mais après ses ennuis en Australie, un Djokovic frustré risque désormais d’être gelé ailleurs avec des règles sur les voyageurs non vaccinés qui se resserrent au cours de la troisième année de la pandémie et certains tournois reconsidérant les exemptions.

READ  Des responsables britanniques en pourparlers avec l'UE sur la réouverture des itinéraires de voyage | Nouvelles du Royaume-Uni

La préoccupation la plus immédiate est le prochain Grand Chelem, l’Open de France en mai, où Nadal a déjà amassé 13 titres stupéfiants, après que le ministère des Sports du pays a déclaré lundi qu’il n’y aurait aucune exemption d’une nouvelle loi sur les vaccins.