Il est « peu probable » que Le Pen batte Macron aux élections françaises, selon un expert

La députée européenne Hélène Laporte, du parti du Groupement national français, a condamné la perte d’une « partie essentielle de notre identité », affirmant que les politiciens à Bruxelles ont contribué à faire de son rôle puissant sur la scène mondiale un « mémoire lointain ». . A l’occasion de la Journée internationale de la langue française lundi 20 mars, Laporte a cité Jean Anouilh, le dramaturge français, pour qualifier la langue de son pays de « la plus concise, la plus claire, la langue des diplomates et des souverains ». Dans un article passionné sur le site du Groupe Identité et Démocratie du Parlement européen, il a rappelé l’époque où le français était, selon ses mots, « influent et prestigieux ».

Laporte dit que la langue a perdu de sa force, arguant que son utilisation généralisée ne peut être attribuée qu’au grand nombre de personnes qui la parlent en Afrique.

Elle écrit : « Abandonnée, trahie, méprisée par nos « élites », elle survit certainement en usage : 300 millions de locuteurs dans le monde, la cinquième langue la plus parlée à la surface de la terre.

« Le groupe de personnes qui l’utilisent individuellement ou totalement est même en croissance : 700 millions de personnes devraient l’utiliser en 2050, un milliard à l’aube du XXIe siècle.

« Mais ce phénomène, derrière lequel se cachent aujourd’hui ceux qui prétendent se réjouir, n’est qu’un résultat trompeur, dû exclusivement à l’explosion démographique, notamment en Afrique.

READ  Les résidents hors UE en France auront-ils besoin d'Etias au retour d'un voyage à l'étranger ?

« Si le français est encore utilisé, son usage est de plus en plus réduit à cela. »

LIRE LA SUITE: Macron fait face à un cauchemar électoral alors que les électeurs français appellent à DELAY

Le président Macron a été qualifié de « complice » de « l’abandon » de la langue française (Image : Getty)

Le facteur clé d’un tel « abandon », a affirmé le politicien de droite, est l’échec de l’UE à préserver la langue française dans sa bureaucratie.

Selon les données de 2021 de l’Assemblée nationale, 34 % des documents produits par la Commission européenne en 1934 étaient en français.

En 2019, ce chiffre est tombé à 3,7%, tandis que 85,5% étaient en anglais.

Ceci, a suggéré Laporte, est injuste étant donné que « pas moins de 88 pays sont membres de l’Organisation internationale francophone (OIF) » et neuf États membres de l’UE « ont plus d’un million de locuteurs de français ».

Un tel changement, qu’il lie à une « soumission à la mondialisation et à son langage universel » « ferait se retourner Georges Pompidou dans sa tombe », écrit-il.

drapeaux de l'ue

L’UE s’est « soumise à la mondialisation et à son langage universel », selon la députée Hélène Laporte (Image : Getty)

Mais l’eurodéputé avait des accusations non seulement pour Bruxelles mais aussi pour Paris.

Tous les présidents français des cinq dernières décennies, quel que soit leur camp politique, sont « complices » de l’état actuel de la langue, a-t-il dit, « y compris Emmanuel Macron ».

L’appelant, ainsi que le reste des récents chefs d’État, « européistes », Laporte leur a reproché de « vendre » l’histoire du pays.

Elle a demandé : « Comment pouvons-nous faire aimer et respecter notre pays, même parmi nos amis, si nous-mêmes n’aimons et ne respectons plus cette partie essentielle de notre identité, notre langue ?

READ  La France lève les limites de voyage nationales, mais le couvre-feu demeure

NE LE MANQUEZ PAS
Les travailleurs britanniques de P&O remplacés par des marins indiens pour 1,81 £ de l’heure [REPORT]
Honte à l’UE quand l’Allemagne paie à la Russie 3,7 millions de livres sterling de l’heure [ANALYSIS]
Un Boeing 737 avec plus de 100 passagers s’écrase en Chine [INSIGHT]

Marina LePen

La candidate d’extrême droite Marine Le Pen a promis de sauver la langue française avec un « plan d’urgence » (Image : Getty)

Ses paroles interviennent alors que la France assure la présidence tournante du Conseil européen, un rôle largement considéré comme une opportunité pour le président Macron de renforcer sa position à Bruxelles dans l’espoir que cela l’aidera à remporter les élections d’avril.

La candidate d’extrême droite Marine Le Pen, l’un des seuls vrais rivaux de Macron et du même parti que Laporte, a présenté le mois dernier un « plan d’urgence » pour « sauver » la langue française.

Jurant d’interdire l’utilisation de mots étrangers dans la publicité et la communication publique, il a tiré la sonnette d’alarme sur le « franglais », affirmant qu’il polluait le français pur.

Son engagement coïncide avec la publication d’un rapport de l’Académie française, le conseil officiellement chargé de la sauvegarde de la langue française, qui avertit que l’invasion des mots anglais dans la vie publique s’accroît à un rythme inquiétant.

L’Académie a déclaré que cela risquait de creuser un fossé entre «les générations et les classes sociales» dans un contexte linguistique.

Hélène Carrère d’Encausse, présidente du conseil, a déclaré dans un entretien au Figaro : « Cela met en évidence une division entre une frange des élites qui représentent la ‘nation émergente’ et le reste de la société, qui est amené à croire que Moving pour gravir les échelons sociaux, il faut adopter ce langage pidgin. »

READ  IRONMAN Suisse 2021 : aperçu, heure de début, regarder en direct | Actualités Élite

Avant l’élection présidentielle, il a également critiqué l’utilisation des mots et de la syntaxe anglaise dans les discours de campagne et, dans un apparent coup de coude à l’Elysée, a déclaré : « Il y a une réelle indifférence de la part des autorités de l’Etat ».