Vendredi, le groupe pétrolier et gazier Total (TOTF.PA) a recueilli plus de 90 % de soutien pour son plan climat de suppression progressive de ses émissions, lorsque les actionnaires ont également voté massivement en faveur de son changement de nom en TotalEnergies pour marquer son virage vers les énergies renouvelables.

Certains actionnaires avaient fait campagne pour rejeter les objectifs verts de Total comme n’étant pas assez ambitieux, faisant écho aux rébellions croissantes des investisseurs dans le secteur.

Les demandes des compagnies pétrolières d’accélérer le passage des combustibles fossiles ont atteint un crescendo cette semaine lorsqu’un tribunal néerlandais a ordonné à Royal Dutch Shell (RDSa.L) d’augmenter considérablement les réductions d’émissions de gaz à effet de serre et Exxon Mobil (XOM.N) s’est battue avec un investisseur activiste au sujet de son bilan sur le changement climatique. Lire la suite

La stratégie climat de Total, qui fixe son objectif d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, a été approuvée par 91,88 % des actionnaires qui ont voté lors de son assemblée annuelle.

« Ce résultat est, je crois, la meilleure réponse pour les commentateurs qui ont prédit, et dans certains cas même attendu, une rébellion des investisseurs contre l’entreprise, et il répond à ceux qui agissent plus comme des militants que comme des actionnaires », a déclaré le président-directeur général. Patrick Pouyanné. .

Le changement de marque, qui prend effet immédiatement, a été soutenu par 99,88% des voix.

Total investit dans un pivot vers les énergies renouvelables avec des projets solaires ou éoliens.

Il cherche à tirer des revenus de la production d’électricité et à réduire sa dépendance aux produits pétroliers, y compris avec des objectifs échelonnés jusqu’en 2030, et reflète les efforts de ses rivaux pour tenter de réduire les émissions.

READ  Tuchel : Chelsea est une équipe que "personne ne veut jouer" en Ligue des champions

« UNE PLUS GRANDE ÉNERGIE VERTE »

Pouyanne a déclaré qu’il souhaitait que l’entreprise devienne une « grande entreprise d’énergie verte », mais a déclaré qu’un changement plus radical ne serait pas approprié car l’entreprise doit financer sa transition des revenus des combustibles fossiles.

L’Agence internationale de l’énergie a déclaré que les nouveaux projets de combustibles fossiles doivent être arrêtés cette année si le monde veut atteindre zéro émission nette de carbone d’ici le milieu du siècle, un rythme plus rapide que celui envisagé auparavant par les producteurs de pétrole, dont Total.

« Sans nouveaux projets pétroliers, la production mondiale de pétrole diminuera naturellement de 4 à 5 % chaque année », a déclaré Pouyanne lors de l’assemblée des actionnaires, tandis que la demande de pétrole ne devrait commencer à baisser qu’à partir de 2030. « Sans nouveaux projets pétroliers, les prix du pétrole sont très susceptible d’atteindre de nouveaux sommets », a-t-il déclaré.

Des organisations non gouvernementales et certains investisseurs se sont prononcés contre ce qu’ils considéraient comme une approche trop conservatrice.

Bruce Duguid, directeur général de la branche conseil en gouvernance du gestionnaire d’actifs Federated Hermes, qui détient des actions de Total, a déclaré qu’il n’avait pas approuvé le plan de transition.

« Le défi est qu’il n’y a pas suffisamment de preuves qu’il est aligné sur les objectifs de Paris », a-t-il déclaré, se référant à l’accord de l’ONU pour freiner le changement climatique.

Lucie Pinson, fondatrice et PDG de Reclaim Finance, une organisation non gouvernementale, a accusé Total de greenwashing et a déclaré que ses actionnaires avaient « volontairement voté pour le chaos climatique ».

Nos normes: Les principes de confiance de Thomson Reuters.

READ  Participation massive aux manifestations pro-palestiniennes à Paris malgré l'interdiction