DUN-LE-PALESTEL, France (VN) – Après avoir parcouru le Tour de France au cours des deux dernières saisons, Neilson Powless d’EF Education-Easy Post espère y retourner cet été. Cependant, il pense d’abord à Paris-Nice, puis aux Ardennes Classics, et a également quelques idées sur le manque d’opportunités de course pour les enfants aux États-Unis et comment cela pourrait être changé.

VoileActualités: Comment s’est passée la saison pour vous jusqu’à présent ?
NP : Ma forme a été vraiment bonne. J’ai commencé à l’UAE Tour, où j’étais 11e, mais j’avais l’impression que c’était un peu sous-performant, malheureusement. Je n’ai pas vraiment cherché à savoir ce qui se passait là-bas, je ne sais pas si c’était la chaleur ou quelque chose comme ça, mais je n’ai pas eu ce que j’attendais là-bas, donc j’espère un meilleur Paris. -Agréable.

VN : Concernant Paris-Nice, quelles sont pour vous les étapes clés ?
NP : C’est comme divisé en deux. Dans la première mi-temps avant le contre-la-montre, ça va être assez plat et ouvert, alors j’espère que nous pourrons rivaliser de manière agressive avec les gars que nous avons ici parce que je pense que nous avons des gars qui sont super bons pour ces premières étapes. Ensuite, nous avons Stefan Bissegger pour le contre-la-montre, où je vais essayer de ne pas perdre trop de temps. Alors j’espère avoir de bonnes jambes pour les ascensions en montagne. J’attends avec impatience les dernières étapes.

A lire aussi : Paris-Nice : les espoirs américains s’estompent par vent de travers

VN : Qu’est-ce qui rend cette course si spéciale, surtout quand on regarde vers les Grands Tours ?
NP : C’est un plateau hyper compétitif : Paris-Nice est toujours une course cycliste vraiment complète, c’est le genre de coureur qu’il faut être pour le Tour de France. Je pense que c’est une préparation parfaite en début de saison pour quiconque souhaite faire le Tour. Évidemment, beaucoup de prétendants au Tour ne sont pas là, mais en fin de compte, je pense que c’est l’une des meilleures courses. Il y a des étapes plates au début, il y a des vents de travers, donc vous devez être décent dans votre positionnement et vous devez être assez énergique là-bas, puis il y a un bon contre-la-montre pour que vous puissiez continuer à travailler sur cet aspect de la course. Puis à la fin les montées autour de Nice sont toujours assez techniques et super dures donc là tu as un peu de tout. Je pense que c’est la préparation parfaite pour le Tour.

READ  La Suisse créera une ambassade dédiée au Vatican et gérera également les relations avec Malte

VN : Êtes-vous le chef d’équipe cette semaine ?
NP : Oui, Simon Carr a rejoint notre équipe tardivement, donc ce sera bien d’avoir du soutien pour y grimper. J’espère que j’aurai de meilleures jambes que les EAU parce que si je suis le même gars qui était là-bas, ça va être assez dur. Mais je me sens plutôt bien, alors j’espère que j’obtiendrai un bon résultat ici.

VN : Quels sont vos objectifs au-delà de cette carrière ?
NP : Certainement les Ardennes, donc l’Amstel Gold Race, la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège sont mes principaux objectifs pour le premier semestre. Ensuite, il faudra regarder le Tour de France, car notre équipe sélectionne toujours un peu plus tard. Alors j’espère que les Ardennes et ensuite le Tour. Après les Ardennes, je vais peut-être me reposer un peu et essayer de construire un bon programme pour le Tour.

VN : Passant à la scène des courses aux États-Unis, il y a maintenant un problème pour les enfants à cause du manque de courses. Quel est votre point de vue là-dessus?
NP : J’en suis déçu. Je pense que la course en général aux États-Unis a malheureusement piqué du nez ces dernières années. Dans le même temps, la scène au sol a définitivement explosé, ce qui a été agréable. J’ai pu participer à l’un de ces événements et je pense qu’ils peuvent être un bon moyen d’entrer dans le sport s’ils commencent à s’occuper davantage des enfants, en organisant quelque chose pour eux ainsi que des courses plus longues lors du même événement. Cela pourrait être un bon moyen d’offrir plus de courses aux enfants, car vous vous amusez beaucoup.

READ  Tour de France 2021 : aperçu de l'étape 14, plan du parcours, pronostic et heure de départ d'une journée parfaite pour l'escapade

J’ai l’impression que cela me rappelait les triathlons hors route Xterra dans lesquels j’ai grandi en compétition, juste une ambiance super décontractée et tout le monde est là juste pour s’amuser. J’espère donc que cela pourra être étoffé un peu parce que la scène de la course sur route aux États-Unis n’a tout simplement pas l’air très bonne en ce moment. J’espère que d’autres types de courses, comme le gravier, donneront aux jeunes enfants plus d’opportunités de concourir car, en fin de compte, ils ont juste besoin d’événements auxquels ils peuvent participer et être actifs. Il ne doit pas nécessairement s’agir d’une course sur route. Tant qu’ils sont en compétition.