CASABLANCA : Plusieurs influenceurs russes de haut niveau ont accusé Chanel de les discriminer en raison de leur nationalité en refusant de leur vendre des produits, certains coupant la marchandise de l’entreprise en signe de protestation.

Cependant, alors que les riches influenceurs n’ont pas pensé à couper un sac de luxe de 7 000 $ (minimum), une grande partie du monde était confuse et irritée par l’indignation mal dirigée contre la marque de mode.

« Rencontrez @VictoriaBonya, une influenceuse russe qui vit à Monaco. Victoria est furieuse. Non pas à cause des viols, tortures et meurtres infligés aux Ukrainiens par les soldats russes, mais parce que Chanel ferme ses portes en Russie. Elle découpe son sac Chanel en signe de protestation ! » un utilisateur de médias sociaux a tweeté.

Anna Kalashnikova, une influenceuse russe aux 2,4 millions de followers, a affirmé qu’un magasin Chanel à Dubaï avait refusé de la servir.

« Comme je voyage souvent à Dubaï pour organiser la Fashion Week, les managers de Chanel m’ont reconnu et m’ont approché pour dire que nous savons que vous êtes une célébrité en Russie. Nous savons que vous irez là-bas, nous ne pouvons donc pas vous vendre nos articles de marque », a-t-il déclaré.

« Les magasins occidentaux demandent des données d’identification, et quand vous leur donnez un numéro russe, les vendeurs vous disent : Maintenant, nous ne pouvons vendre des articles aux Russes que s’ils promettent de ne pas les emmener en Russie et ils ne le feront pas. portez-les là-bas », a déclaré Kalachnikova.

La russophobie en action. J’en ai fait l’expérience moi-même », a-t-elle ajouté.

La DJ russe Katya Guseva a déclaré qu’elle réalisait maintenant qu’elle pouvait vivre sans sac de fantaisie. « Sans Chanel, nous continuerons à vivre parfaitement », a-t-il déclaré dans un message WhatsApp.

Il semble que les influenceurs russes comprennent enfin comment le reste du monde survit sans avoir un produit Chanel. Cependant, son approche de la contestation reste très éloignée de la réalité des gens ordinaires.

Pendant ce temps, les magasins Chanel en Russie ont été vandalisés, dont beaucoup étaient recouverts d’autocollants d’Hitler.

L’influenceuse russe Liza Litvin a affirmé dans une histoire en ligne que le magasin Chanel de Dubaï lui avait demandé de signer un document indiquant qu’elle ne vivait pas en Russie et n’utiliserait pas son sac sur le sol russe.

« Je suis allé dans une boutique Chanel du Mall of the Emirates. Ils ne m’ont pas vendu son sac parce que je viens de Russie », a-t-elle écrit.

Plus tôt cette semaine, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré : « De nombreux blogueurs ont rapporté que les magasins Chanel officiels à l’étranger refusaient de vendre leurs produits aux citoyens russes ».

Pour protester contre ce qu’ils considèrent comme une discrimination, des mannequins russes, dont Victoria Bonya, se sont filmés en train de découper leurs sacs Chanel avec des ciseaux. Ses actions ont été rapidement suivies par d’autres femmes russes.

La présentatrice de télévision russe Marina Ermoshkina a également mis en ligne une vidéo d’elle-même coupant son sac Chanel en deux avec des cisailles de jardin.

Il a déclaré que si le retrait de Russie était le choix de l’entreprise, sa politique à l’encontre des clients introduisant des produits dans le pays est discriminatoire et humiliante.

Ermoshkina a déclaré que rien ne vaut son amour pour sa « patrie », pas même un sac qu’elle a toujours rêvé de posséder.

Chanel n’a pas répondu aux demandes de commentaires d’Arab News. Cependant, la marque de luxe a déclaré dans une déclaration publique : « Chanel est une entreprise internationale. Pour ce faire, elle respecte toutes les lois applicables à ses opérations et à ses employés dans le monde, y compris les lois sur les sanctions commerciales.

« En ce qui concerne les différentes sanctions émises par l’UE, le Royaume-Uni, les États-Unis et la Suisse à l’égard de la Russie et de la Biélorussie, il est interdit à Chanel de faire des affaires avec certaines personnes physiques et morales désignées.

« Chanel n’est pas autorisé à effectuer des transactions avec certaines personnes physiques et morales désignées/énumérées par ces régimes de sanctions.

«En outre, les lois de sanctions européennes et suisses les plus récentes incluent l’interdiction de la vente, de la fourniture, du transfert ou de l’exportation de produits de luxe, directement ou indirectement, à toute personne physique ou morale, entité ou organisme en Russie, ou pour une utilisation en Russie. Russie. .”

Chanel a déclaré avoir été contraint d’appliquer des sanctions européennes interdisant l’exportation de produits de luxe d’une valeur supérieure à 300 euros (326,15 dollars) vers la Russie.

« Nous sommes conscients que ce processus d’interprétation de la loi a déçu certains de nos clients. Nous travaillons actuellement à l’amélioration de cette approche et nous nous excusons pour tout malentendu que cela aurait pu causer. Accueillir tous nos clients, d’où qu’ils viennent, est une priorité pour Chanel ».

Plusieurs autres marques occidentales ont mis fin à leurs activités en Russie. Début mars, les détaillants de luxe LVMH, Hermès et Kering ont annoncé qu’ils fermeraient temporairement leurs magasins dans le pays.

READ  UCLA va au-delà des `` hommes blancs morts '' dans les études européennes