Le Français Jean Claude Killy salue après avoir remporté la relégation masculine aux Jeux olympiques d’hiver le 9 février 1968. A ses côtés se trouvent le Suisse J. Daniel Daetwyler, qui est arrivé troisième, et Guy Perillat, qui a terminé deuxième. Killy n’est que l’un des trois hommes à avoir remporté trois courses aux championnats du monde aux côtés de Toni Salier et Ted Ligety. (Photo du fichier AP)

Vous voulez donc remporter trois médailles d’or au Championnat du monde de ski alpin FIS? Plus facile à dire qu’à faire, même pour une incroyable coureuse comme Mikaela Shiffrin.

Seulement 12 personnes l’ont fait 14 fois: l’Allemand Christl Cranz (1936 et 1939) et l’Autrichien Toni Salier (1956 et 1958) l’ont fait à deux reprises lors des 47 championnats du monde datant de 1931, dont les Jeux Olympiques d’hiver des années 1930. et de 1948 à 1980.

Certaines règles

• Des championnats du monde ont eu lieu chaque année depuis leur création en 1931-1939, en tant que compétition autonome ou aux Jeux olympiques de 1932 à Lake Placid à ​​New York ou à Garmisch, en Allemagne, en 1936



C’est ainsi que Cranz détient le record du plus grand nombre d’or (12) aux championnats du monde et du plus grand nombre de médailles remportées (15) et le fera probablement pour le reste du temps. Cranz occupe une place importante dans l’histoire du ski de compétition, cependant, si les coureurs modernes avaient une chance annuelle dans le monde, leur nombre serait légèrement plus élevé.

Les championnats du monde annuels ont également aidé Cranz à obtenir le triple d’or deux fois.



L’Allemagne Christl Cranz profite des Coupes du monde annuelles en accumulant un record de 12 médailles d’or et 15 médailles remportées. (Capture d’écran)

• Ce n’est qu’à partir de 1982 que les pilotes ont vraiment contesté la moissonneuse-batteuse. De 1931 à 1980, la moissonneuse-batteuse était une course de papier. Que ce soit aux Coupes du monde ou aux Jeux olympiques, les organisateurs ajoutaient traditionnellement les temps des courses de descente et de slalom et les hommes ou les femmes avec les temps les plus bas recevaient des médailles.

Si nous fonctionnions toujours selon ces règles, Shiffrin aurait dû courir lors de la descente de samedi, ce qu’il n’a pas fait, puis lors du slalom de samedi, comme prévu. Nous ne disons pas que nous n’aurions pas aimé ses chances dans un vieux journal combo – sa médaille de bronze en super-G jeudi a montré qu’il aurait probablement pu aller bien lors de la descente de samedi, mais il est plus facile d’obtenir trois médailles d’or. mathématiques que la concurrence réelle.

C’est une veste de médaille complète. La Suédoise Anja Paerson remporte le championnat du monde 2007 avec trois médailles d’or dans la neige chez elle à Are. (Photo du fichier AP / Luca Bruno)

• Maintenant, il y a plus de disciplines. Le slalom géant n’est devenu un événement qu’en 1950. La seule façon de remporter trois championnats du monde avant cela était de gagner en descente et en slalom et d’attendre que quelqu’un additionne les temps pour la moissonneuse-batteuse.

Super-G ne rejoindra le calendrier qu’en 1987 à Crans-Montana, en Suisse, où les Suisses bavent tout simplement tout le monde avec huit des 10 médailles d’or possibles, dont Pirmin Zurbriggen et Maria Walliser remportant la nouvelle discipline pour les hôtes.

Imaginez les légendes comme Franz Klammer ou Gustav Thoeni dans les années 1960 et 1970, qui auraient probablement pu augmenter leur table des médailles mondiales avec le super-G comme événement officiel. Thoeni a remporté deux médailles d’or aux Jeux Olympiques de 1972 (GS et slalom) et deux autres aux Coupes du monde 1974 (combiné et slalom). Il est très probable qu’un super-G hypothétique aurait été le numéro 3.

Et qui peut dire que Toni Salier et Jean Claude Killy n’auraient pas rejoint leur triple / quadruple médaille d’or avec une course de super-G? (Nous n’aurions pas parié contre elle en 1956, 1958 ou 1968).

Et la FIS a ajouté l’épreuve par équipe et les compétitions latérales masculines et féminines qui faciliteront le triple d’or à l’avenir.

La crème de la crème

Si vous niez les résultats des championnats du monde annuels dans les années 1930, ce qui donne un avantage à des coureurs comme Cranz et abandonnez les courses combinées sur papier, seuls six coureurs ont remporté trois championnats du monde.

Les deux noms les plus cités dans cette catégorie sont les immortels du ski de compétition: Salier (1956 à Cortina, Italie, site mondial de cette année) et Killy (1968). Non seulement ils ont remporté trois vraies courses, donwhill, GS et slalom, mais ils ont également remporté le combi papier pour une quatrième médaille d’or.

Le seul autre homme à tripler est Ted Ligety, ce qui est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles nous lui souhaitons le meilleur à la retraite.

Les dames sont la Suisse Erika Hess en 1982, première année d’une véritable carrière combinée aux championnats du monde, la Croate Janica Kostelic (2005) et la Suédoise Anja Paerson.

Ne rien enlever aux super six qui ont fait cela, mais cette liste est également remarquable pour les personnes qui n’y figurent pas. Sur le front américain, Bode Miller (33 victoires en Coupe du monde), Lindsey Vonn (82) et Mikaela Shiffrin (68) ont échoué.

Aussi grand qu’il soit et qu’il a été le meilleur avec 86 victoires en Coupe du monde, Ingemar Stenmark n’a jamais remporté trois médailles d’or aux championnats du monde. (Photo du fichier AP)

Ingemar Stenmark (86 mondiaux, record) n’a jamais fait le triple. Ni Marcel Hirscher (67 victoires), Hermann Maier (54) Alberto Tomba (50) et Marc Girardelli (46). Ce sont les cinq meilleurs hommes gagnants de la tournée de la Coupe du monde. (Salier a couru avant la Coupe du monde et Killy a pris sa retraite au moment de sa création.)

Seuls trois des 20 meilleurs coureurs ayant remporté le plus de victoires en Coupe du monde ont remporté trois médailles d’or en Coupe du monde, Anja Paerson, Hanni Wenzel et Erika Hess. (Capture d’écran)

C’est difficile d’être à son meilleur pendant une semaine ou deux tous les deux ans.

Trois (ou plus) médailles d’or dans les mondes

Femmes

1933: Inge Weson-Lantschner, Autriche, Innsbruck, Autriche, DH, SL, K (a, b, c).

1936: Christl, Cranz, Allemagne, 1936, Garmisch, Allemagne, DH, SL, K (a, b, c).

1939: Christl Cranz, Allemagne 1939, Zakopane, Pologne, DH, SL, K. (a, b, c).

1966: Marielle Goitschel, France, Portillo, Chili, DH, GS, K (c).

1980: Hanni Wenzel, Allemagne de l’Ouest, Lake Placid, New York, SL, GS, K (b, c).

1982: Erika Hess, Suisse, Schldaming, Autriche, SL, GS, K.

2005: Janica Kostelic, Croatie, Bormio, Italie, SL, DH, K.

2007: Anja Paerson, Suède, 2007, Suède, DH, SG, K.

Hommes

1937: Emile Allais, France, Chamonix, France, DH, SL, K (a, c).

1954: Stein Eriksen, Norvège, Are, Suède, SL, GS, K.

1956: (quatre médailles d’or) Toni Salier, Autriche, 1956, Cortina, Italie, DH, GS, SL, K (b, c)

1958: Toni Salier, Autriche, Bad Gastein, Autriche, DH, SL, K.

1968: (quatre médailles d’or) Jean-Claude Killy, France, Grenoble, France, DH, GS, SL, K (b, c).

2013: Ted Ligety, États-Unis, Schladming, Autriche, 2013, SG, GS, K.

a – Coupes du monde organisées chaque année dans les années 1930.

b – Les Jeux olympiques d’hiver de 1932, 1936 et après la Seconde Guerre mondiale jusqu’en 1980 à Lake Placid, New York, ont doublé en mondes.

c – La moissonneuse-batteuse du monde at était une course sur papier jusqu’en 1982, ce qui signifie que les organisateurs ont simplement additionné les temps de descente et de slalom déjà disputés et ont ensuite décerné des médailles.

READ  Nouvelles charges contre Michel Platini et Sepp Blatter dans le "FIFAgate"