CORRUPTION PURGE Dans cette photo d’archive prise le 17 avril 2017, le siège français de Microsoft est vu à Paris. PHOTO AFP

WASHINGTON DC: Microsoft, accusé par un ancien employé d’avoir versé des pots-de-vin en Afrique et au Moyen-Orient, a déclaré samedi (dimanche à Manille) qu’il avait déjà enquêté sur les allégations et licencié plusieurs employés en conséquence.

Un ancien employé de Microsoft a accusé le géant de la tech de corruption dans le Wall Street Journal et dans un essai publié vendredi sur le site Lioness, qui publie des récits de lanceurs d’alerte.

L’employé dit avoir été licencié après avoir travaillé pour Microsoft de 1998 à 2018 en Afrique, où il dit avoir vu des employés de l’entreprise impliqués dans des pratiques de corruption dans plusieurs pays de la région.

Il a déclaré que les pratiques incluaient l’utilisation de sociétés partenaires locales pour aider à vendre les produits Microsoft.

Interrogé sur les allégations, un cadre de Microsoft a déclaré samedi : « Nous pensons avoir déjà enquêté sur ces allégations, qui datent de plusieurs années, et y avoir répondu. »

« Nous coopérons avec les agences gouvernementales pour résoudre tout problème », a déclaré Becky Lenaburg, vice-présidente et avocate générale adjointe pour la conformité et l’éthique chez Microsoft, à l’Agence France-Presse (AFP).

Les employés ont été licenciés et les partenariats ont pris fin dans le cadre de la réponse aux allégations initiales, a indiqué la société.

« Nous nous engageons à faire des affaires de manière responsable », a ajouté Lenaburg.

Microsoft « encourage toujours[s] à quiconque de signaler tout ce qu’il voit qui pourrait enfreindre la loi, nos politiques ou nos normes éthiques », a-t-il déclaré.

READ  Le PDG d'Axa France juge "scandaleux" le chantage du gouvernement envers les assureurs

Le Journal a déclaré que l’employé lanceur d’alerte avait également alerté le chien de garde financier américain, la Securities and Exchange Commission, de ses préoccupations en 2019.

Dans les documents de déposition, l’employé a affirmé que Microsoft s’était « engagé pendant de nombreuses années dans des pratiques de corruption endémiques », selon le Journal.

L’employé estime que Microsoft a dépensé plus de 200 millions de dollars par an en pots-de-vin et pots-de-vin dans des pays comme le Ghana, le Nigeria, le Qatar et l’Arabie saoudite, selon le site d’information The Verge.