Angela Merkel a admis que les antécédents de l’Allemagne en matière de réduction des émissions de carbone « n’étaient pas suffisants » pour atteindre les objectifs de réchauffement de la planète du Accord de Paris sur le climat, alors que la chancelière réfléchissait aux réalisations et aux occasions manquées de ses 16 années de leadership.

S’exprimant jeudi lors de la dernière de ses conférences de presse annuelles d’été avant de quitter la tête de la plus grande économie d’Europe après les élections fédérales du 26 septembre, Merkel a déclaré Allemagne Elle a « beaucoup fait » pour recalibrer son économie face à la crise climatique, en augmentant la part des renouvelables dans son mix énergétique de 10 % à 40 % et en réduisant les émissions de carbone de 20 % sur la période 1990-2010, et de 20 % supplémentaires au cours des 10 années qui ont suivi.

Cependant, l’homme de 67 ans a admis que “ce qui a été réalisé n’est pas suffisant” par rapport à l’objectif de l’accord de Paris de limiter le réchauffement climatique bien en dessous de 2 ° C, de préférence 1,5 ° C. C, par rapport aux niveaux préindustriels . Pas seulement l’Allemagne, mais le monde entier n’a pas réussi à atteindre ses objectifs, a-t-il déclaré.

“Je suis doté de suffisamment de bon sens pour que la science comprenne que des circonstances objectives exigent que nous ne puissions pas continuer au rythme actuel, mais que nous devons accélérer le rythme”, a déclaré Merkel.

Alors que l’Allemagne à elle seule ne peut pas changer le climat mondial, a-t-il soutenu, “la façon dont nous le faisons peut donner l’exemple à d’autres”.

READ  Le Venezuela gracie des dizaines d'opposants avant les élections législatives

Merkel, qui a été ministre de l’Environnement du chancelier Helmut Kohl de 1994 à 1998, a déclaré que la lutte pour des mesures mondiales conjointes vers une protection climatique plus efficace avait “façonné tout mon travail politique”.

Elle a défendu la politique de son gouvernement Décision de 2011 sortir progressivement de l’énergie nucléaire d’ici 2022, ce qui, selon les critiques, a rendu le pays plus dépendant de l’énergie au charbon. “Pour l’Allemagne, les dés sont jetés”, a-t-il déclaré. “Je ne vois pas qu’un gouvernement du futur change quoi que ce soit en ce sens.”

La question de l’urgence climatique a de nouveau figuré en bonne place sur l’agenda politique après des pluies record et des crues soudaines la semaine dernière. a dévasté une grande partie de l’ouest de l’Allemagne, tuant au moins 179 personnes et laissant les infrastructures de transport et d’énergie dans certaines parties de la Rhénanie-Palatinat et de la Rhénanie du Nord-Westphalie dans le désarroi.

Le service météorologique national allemand a déclaré jeudi que les régions touchées par les inondations de la semaine dernière pourraient connaître davantage de pluies abondantes au cours du week-end.

Merkel a déclaré que l’effort pour reconstruire les maisons, les voies ferrées et les lignes électriques dans la région inondée serait une entreprise monumentale nécessitant ses efforts “jusqu’au dernier jour” de sa chancellerie.

Mercredi, son cabinet a approuvé 200 millions d’euros (170 millions de livres) d’aide financière d’urgence pour les personnes touchées par les inondations, et les gouvernements des États devraient égaler le programme d’aide fédéral.

Plus de 4 500 agents de la protection civile, pompiers et soldats ont été déployés pour aider aux efforts de nettoyage dans la région gravement touchée de la vallée de l’Ahr en Rhénanie-Palatinat.

READ  La routine de Biden à la Maison Blanche: du café du matin à la lecture des lettres des citoyens avant de se coucher

Merkel a déclaré que l’étendue des dégâts n’a pas encore été déterminée “mais c’est immense”.

Au début de la large conférence de presse d’une heure et demie, Merkel a également fait part de ses inquiétudes quant à la “dynamique inquiétante” de la pandémie de Covid-19 en Allemagne, affirmant que la variante Delta était à l’origine d’une autre vague de “croissance exponentielle” malgré le fait que 60% de la La population allemande a reçu au moins une injection de vaccin.

L’agence allemande de lutte contre les maladies, l’Institut Robert Koch, a enregistré jeudi 1 890 nouvelles infections au cours des dernières 24 heures et un taux d’incidence de 12,2 nouveaux cas pour 100 000 personnes la semaine dernière, contre 4,9 début juillet.