Mathieu van der Poel a remporté le premier maillot rose du Giro d’Italia dans une finition chaotique à l’étape d’ouverture à Visegrad.

Le Néerlandais, qui fait ses débuts au Giro, a imité son succès en prenant le maillot jaune au début de son premier Tour de France l’été dernier lorsqu’il a battu Biniam Girmay dans un sprint en montée jusqu’à l’arrivée.

Caleb Ewan était sur le point de monter sur le podium, mais l’Australien a frôlé les roues avec Girmay en vue de la ligne et a frappé durement le pont, permettant à Pello Bilbao de prendre la troisième place.

Van der Poel, petit-fils du regretté favori français Raymond Poulidor et star de la route, en cyclo-cross et en VTT, a débuté la journée en favori compte tenu de l’arrivée en montée de l’étape de 195 km au départ de Budapest.

Son équipe Alpecin-Fenix ​​​​a pris la chasse au pied de la montée de cinq kilomètres des rives du Danube à la ligne, et Van der Poel a contrôlé son effort lorsque les attaques de Lawrence Naesen et Lennard Kamna n’ont rien donné.

« Je savais que le positionnement allait être la clé de la victoire aujourd’hui », a déclaré le joueur de 27 ans. « Il y avait quelques difficultés, je me suis retrouvé coincé plusieurs fois dans la montée et c’était très difficile pour moi de l’atteindre.

« Dans la finale, je viens de lancer mon sprint et c’était assez serré car les jambes étaient pleines d’acide lactique mais bien sûr je suis très content.

« C’est incroyable après le maillot jaune d’avoir le maillot rose et maintenant nous verrons ce que le contre-la-montre apportera demain. »

READ  Kilde prend le contrôle, Clarey et les Bleus attendent à la maison

Tandis que Van der Poel prend le rose, Girmay enfile le maillot blanc de meilleur jeune coureur, belle rentrée pour l’Erythréen de 22 ans lors de la première journée de son premier Grand Tour.

« C’était une arrivée super dure », a déclaré le coureur Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux. « J’ai essayé de faire de mon mieux, je n’avais jamais fait un sprint comme celui-ci. Pour 250-300 mètres je suis à la limite. J’accepte pleinement qu’il ait été plus fort que moi aujourd’hui, mais je suis très heureux.

L’arrivée en montée a créé quelques petits écarts de temps, avec le champion 2019 Richard Carapaz, Wilco Kelderman et Bauke Mollema parmi ceux qui ont gagné quatre secondes sur les autres prétendants au classement général, dont le Britannique Simon Yates.

Mark Cavendish avait déclaré avant la course qu’il ne chercherait pas à disputer cette étape compte tenu de l’arrivée en montée, mais il a été actif dans le sprint intermédiaire, marquant une poignée de points et indiquant qu’il avait l’intention de mener ce Giro jusqu’à l’arrivée à Vérone. . .

La course se poursuit avec un contre-la-montre de 9,2 km à Budapest samedi, la deuxième des trois étapes en Hongrie avant que la course ne se déplace en Sicile la semaine prochaine.