La vice-présidente principale de la Ligue musulmane du Pakistan-Nawaz (PMLN), Maryam Nawaz. Twitter

GENÈVE : Pakistan Muslim League-Nawaz (PMLN) Vice-présidente principale Maryam Nawaz a été soumis avec succès chirurgie de la gorge à Genève, SuisseDes sources familiales ont confirmé ce vendredi.

Au cours de l’opération qui a duré trois heures, les médecins de l’hôpital ont opéré deux de ses glandes de la gorge, ont indiqué les sources, après quoi elle a été emmenée dans sa chambre.

Le 4 janvier, le duo père-fille, Nawaz Sharif et Maryam, Il quitte Londres pour la Suisse.

La ministre de l’Information, Marriyum Aurangzeb, a déclaré que la vice-présidente principale du PML-N était partie de Londres pour Genève pour son opération.

« Elle retournera au Pakistan dans la troisième semaine de janvier pour assumer ses nouvelles responsabilités d’organisatrice en chef », a ajouté le ministre.

Le supremo PML-N Nawaz devrait rendre visite à son chirurgien cardiaque résidant également à Genèveles sources avaient dit nouvelles géographiques. C’est le même chirurgien qui a souvent rendu visite au vieux Sharif à Londres dans les appartements d’Avenfield.

Les sources ont mentionné que le chef de la PML-N et sa fille feront du tourisme et auront également des réunions prévues pendant le voyage.

Le Premier ministre Shehbaz Sharif se rendra également à Genève pour co-organiser la Conférence internationale sur la résilience climatique au Pakistan, avec le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, le 9 janvier.

La conférence est destinée à servir de plate-forme pour rallier le soutien international à la population pakistanaise touchée par les inondations. Nawaz devrait également rencontrer le Premier ministre Shehbaz, ont indiqué les sources, sans donner plus de détails sur la rencontre.

READ  Le ski en décembre n'est pas garanti avec le changement climatique, selon une étude

La réunion est importante car les troubles politiques se poursuivent dans le pays, le président pakistanais Tehreek-e-Insaf (PTI), Imran Khan, exigeant à plusieurs reprises que les dirigeants de la coalition démissionnent et organisent des élections, une demande que le gouvernement a toujours refusée.