Le marché immobilier français est en crise depuis un an, avec une diminution significative des taux d’octroi de crédits immobiliers. Cette baisse est passée de 43,2%, ce qui a eu un impact direct sur les ventes de biens immobiliers. Les taux d’intérêt ont également connu une hausse, passant de 1,82% à 3,8%, ce qui a encore accentué la crise.

Selon les prévisions, le nombre de transactions immobilières cette année devrait être beaucoup moins élevé que l’année précédente. Seulement 925 000 transactions sont attendues, contre 1,2 million en 2021. Michel Mouillart, spécialiste en économie immobilière, attribue cette crise à des décisions politiques qui ont eu des conséquences négatives.

Outre les décisions politiques, la crise immobilière est également due à la question de la transition écologique, qui a freiné l’évolution du marché immobilier. De plus, les nouvelles exigences des banques en matière de solvabilité des clients ont conduit à une baisse du nombre de crédits immobiliers souscrits.

Pour résoudre cette crise, il est nécessaire de prendre des mesures politiques, notamment en régulant davantage l’occupation du parc immobilier. Cependant, même si les taux de crédit immobilier devraient redescendre en 2024, cela ne garantit pas une reprise immédiate du marché immobilier.

Il est important de ne pas sous-estimer l’aspect psychologique de l’immobilier et de reconnaître que le marché prendra du temps à se réguler. Il faudra une combinaison de mesures politiques et économiques pour remettre en marche le marché immobilier français.

READ  Dépouillé de Twitter, Trump fait face à un nouveau défi: comment attirer l'attention