PARIS, 23 mars (Reuters) – Les services ferroviaires ont été perturbés et certaines écoles fermées alors que les ordures s’amoncelaient dans les rues de France jeudi dans le cadre d’une neuvième journée de grèves nationales contre un projet de loi profondément impopulaire visant à augmenter l’âge de la retraite.

Des manifestants ont bloqué tôt ce matin une autoroute près de Toulouse dans le sud-ouest de la France et une gare routière dans l’ouest, à Rennes, a indiqué le journal Le Parisien. Des rassemblements de protestation étaient prévus dans tout le pays plus tard dans la journée.

Le président Emmanuel Macron a déclaré mercredi que la législation, que son gouvernement a adoptée au Parlement sans vote la semaine dernière, entrerait en vigueur d’ici la fin de l’année malgré la montée de la colère à travers le pays.

« La meilleure réponse que nous puissions donner au président est qu’il y a des millions de personnes en grève et dans la rue », a déclaré Philippe Martínez, qui dirige le syndicat extrémiste CGT.

Les protestations contre les changements de politique, qui augmentent l’âge de la retraite de deux ans à 64 ans et accélèrent l’augmentation du nombre d’années pendant lesquelles il faut travailler pour recevoir une pension complète, ont attiré des foules énormes lors de rassemblements organisés par les syndicats depuis janvier. .

La plupart des manifestations ont été pacifiques, mais la colère a grandi depuis que le gouvernement a adopté le projet de loi au Parlement sans vote la semaine dernière.

Les sept dernières nuits ont vu des manifestations spontanées à Paris et dans d’autres villes avec des poubelles incendiées et des bagarres avec la police.

READ  La CPI accueille la Mongolie, le Tadjikistan et la Suisse en tant que nouveaux membres

Les syndicats ont déclaré que la journée de grèves et de manifestations de jeudi attirerait de grandes foules contre ce qu’ils ont qualifié de « mépris » et de « mensonges » de Macron.

Laurent Berger, président du plus grand syndicat français, la CFDT modérée, a déclaré à BFM TV que le gouvernement devait retirer la loi sur les retraites.

La dernière vague de protestations représente le défi le plus sérieux à l’autorité du président depuis la révolte des « gilets jaunes » il y a quatre ans. Les sondages montrent qu’une grande majorité de Français s’opposent à la législation sur les retraites, ainsi qu’à la décision du gouvernement de la faire adopter par le Parlement sans vote.

Le ministre du Travail, Olivier Dussopt, a déclaré que le gouvernement ne niait pas les tensions mais voulait passer à autre chose.

« Il y a un désaccord qui persistera sur l’âge de la retraite. En revanche, il y a beaucoup de sujets qui nous permettent de renouer le dialogue », a-t-il dit, notamment sur la manière dont les entreprises partagent leurs profits avec les travailleurs.

« Les choses se feront progressivement », a-t-il dit.

L’alimentation électrique a été coupée jeudi dans le cadre des grèves en cours dans le secteur.

Le gouvernement a renouvelé un ordre de réquisition obligeant certains employés à reprendre le travail au dépôt de carburant de Fos-sur-Mer dans le sud de la France pour sécuriser l’approvisionnement en essence de la région.

Reportage de Dominique Vidalon, Forrest Crellin, John Irish, Ingrid Melander, Sudip Kar-Gupta; Edité par David Gregorio et Christina Fincher

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

READ  "N'y a-t-il plus les règles de grammaire?" La France cherche à interdire les mots `` déroutants '' non sexistes