PARIS, 14 novembre (Reuters) – Le président français Emmanuel Macron a déclaré lundi qu’il ne croyait pas qu’une nouvelle proposition puisse aider à relancer un accord nucléaire avec l’Iran dans un avenir proche, ajoutant qu’un « nouveau cadre » serait probablement nécessaire pour régler la question. . .

Interrogé sur la radio France Inter s’il pensait que les pourparlers sur le renouvellement d’un accord entre Téhéran et les puissances mondiales pourraient être relancés après les revers majeurs de ces derniers mois, Macron a déclaré : « Je resterais très prudent ».

« Je ne pense pas qu’il y ait de nouvelles propositions qui puissent être faites pour le moment. [to save the nuclear deal] », il ajouta.

Macron a déclaré que la situation politique actuelle en Iran, où des manifestations anti-gouvernementales ont éclaté, a « beaucoup » changé la situation et « affaibli » la probabilité de parvenir à un accord avec le pays.

Les puissances occidentales ont déclaré la semaine dernière qu’il était « essentiel et urgent » pour l’Iran d’expliquer les traces d’uranium trouvées sur trois sites du pays. L’Iran a accepté une visite du chien de garde nucléaire de l’ONU ce mois-ci pour fournir des réponses sur la question.

La question est devenue une pierre d’achoppement dans des pourparlers plus larges pour relancer l’accord nucléaire de 2015 entre l’Iran et les puissances mondiales, alors que Téhéran a exigé la clôture de l’enquête de l’AIEA dans ces pourparlers.

Macron a déclaré lundi qu’il espérait convoquer une réunion internationale des puissances régionales, dont l’Iran, d’ici la fin de l’année.

Informations de Tassilo Hummel/John Irish ; Edité par Sudip Kar-Gupta

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

READ  3 raisons pour lesquelles Ty France devrait commencer à la troisième base