PARIS, 24 septembre (Reuters) – Le président français Emmanuel Macron a exhorté vendredi Beyrouth à mettre en œuvre des mesures de réforme urgentes et à poursuivre les négociations du Fonds monétaire international (FMI), ajoutant que la France continuerait de soutenir le Liban.

Macron a fait ses remarques après avoir rencontré le Premier ministre libanais Najib Mikati, qui en est à son premier voyage à l’étranger après avoir réussi à former un gouvernement au début du mois.

« Avec vous et vos ministres, nous avons l’opportunité d’avancer vraiment sur la voie des réformes », a déclaré Macron lors d’une conférence de presse tenue à l’issue de la réunion.

« Le Liban devrait également entamer des négociations vitales avec le Fonds monétaire international, qui devraient être achevées assez rapidement », a-t-il déclaré.

Le Liban est aux prises avec un effondrement économique que la Banque mondiale a qualifié de l’une des dépressions les plus profondes de l’histoire moderne. Les trois quarts de sa population sont tombés dans la pauvreté et sa monnaie locale a perdu 90 % de sa valeur au cours des deux dernières années.

Le gouvernement Mikati a été formé après une année d’impasse politique qui a encore aggravé la crise financière.

La France a dirigé les efforts internationaux pour sortir son ancienne colonie de la crise.

Macron s’est rendu plus d’une fois à Beyrouth, a demandé une aide d’urgence et imposé des interdictions de voyager à certains hauts responsables libanais dans sa quête d’un train de réformes.

Le système financier libanais s’est effondré en 2019 en raison de décennies de corruption et de gaspillage dans l’État et de la manière non durable dont il a été financé.

READ  UBS s'apprête à enregistrer un appel pour une affaire fiscale française de 4,5 milliards d'euros | Reuters | Accord

Les pourparlers avec le FMI ont été bloqués l’été dernier après que de nombreux acteurs politiques libanais se soient opposés à un plan de redressement financier élaboré par le gouvernement précédent.

Les réformes, notamment dans le secteur financier et bancaire, sont considérées comme des conditions préalables nécessaires à la reprise des pourparlers avec le FMI et au déblocage ultérieur de l’aide étrangère.

Rapport de Benoit Van Overstraeten; rapports supplémentaires par Anait Miridzhanian; Écrit par Maha El Dahan; Montage par Alison Williams et Hugh Lawson

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.