Le président français Emmanuel Macron a appelé à la « libération immédiate » d’un chercheur franco-iranien emprisonné en Iran, ont indiqué des responsables.

Il en a fait la demande lors d’un « long » appel téléphonique avec le président iranien Ebrahim Raisi samedi, selon un communiqué de la présidence française.

Fariba Adelkhah, une anthropologue de 62 ans, est détenue en Iran depuis juin 2019. Elle était assignée à résidence depuis octobre 2020, mais a été renvoyée en prison au début du mois.

Il a été condamné à cinq ans de prison pour « rassemblement et collusion » contre la sécurité de l’Iran. Les autorités françaises ont déclaré que sa condamnation était « purement politique et arbitraire ».

Une femme tient une photo de Benjamin Brière lors d’un rassemblement à Paris (Adrienne Surprenant/AP)

Macron s’est également dit « préoccupé » par la situation d’un autre citoyen français détenu en Iran, qui est en grève de la faim pour protester contre son traitement, selon le communiqué de la présidence française.

Benjamin Brière a été condamné à huit ans de prison pour ce que son avocat a qualifié de fausses accusations d’espionnage et de propagande.

La femme de 36 ans a été arrêtée en mai 2020 après avoir pris des photos dans une zone désertique où la photographie est interdite et avoir posé des questions sur les réseaux sociaux au sujet du foulard islamique obligatoire pour les femmes en Iran.

La France et d’autres puissances mondiales sont en pourparlers avec l’Iran à Vienne pour relancer un accord nucléaire de 2015.

Macron « a insisté sur la nécessité d’accélérer (les négociations) afin d’obtenir rapidement des progrès tangibles », indique le communiqué.

Les groupes de défense des droits de l’homme accusent les extrémistes des agences de sécurité iraniennes d’utiliser les détenus étrangers comme monnaie d’échange pour gagner de l’argent ou de l’influence dans les négociations avec l’Occident. Téhéran le nie, mais il y a eu des échanges de prisonniers dans le passé.

READ  Donald Trump est "cruel" et "menteur", selon sa sœur

En mars 2020, l’Iran et la France ont échangé le chercheur français Roland Marchal contre l’ingénieur iranien Jalal Ruhollahnejad.