PARIS, 7 novembre (Reuters) – Le groupe français de BTP Vinci (SGEF.PA) a déclaré lundi que l’une de ses unités sera confrontée mercredi à un juge d’instruction à Paris pour répondre des accusations d’avoir violé les droits des travailleurs migrants qui aident à construire des stades pour la Coupe du monde 2022 au Qatar.

Vinci a nié à plusieurs reprises les allégations du groupe parisien de défense des droits de l’homme Sherpa, qui avait déposé en 2015 une action en justice devant un tribunal de Nanterre, en banlieue parisienne, contre la division Construction Grands Projets de Vinci et les dirigeants de QDVC, son unité qatarie détenue à 49 %. pour « travail forcé » et « maintien en servitude ».

Cette plainte a été rejetée en janvier 2018, mais la même année, Sherpa a déposé une nouvelle plainte contre l’entreprise avec de nouvelles déclarations de témoins concernant des abus présumés.

Vinci a déclaré lundi dans un communiqué qu’il était « extrêmement regrettable » que, malgré une procédure entamée il y a sept ans, sa filiale soit mise en examen juste avant le début de la Coupe du monde au Qatar.

« Aucun des projets attribués à QDVC n’a de lien avec la Coupe du monde 2022 au Qatar. En fait, ces projets ont été confiés à QDVC avant que le concours ne soit attribué au Qatar et ils concernent principalement les infrastructures de transport », a-t-il déclaré.

« Vinci n’a signé aucun contrat avec le Comité suprême pour la livraison et l’héritage, et n’a construit aucun stade ou hôtel au Qatar », a-t-il ajouté.

Il a déclaré qu’il continuerait à coopérer avec la justice « dans le but de montrer que les accusations portées contre le groupe sont injustes ».

READ  Des liens « normaux » avec la Turquie vus avec scepticisme par les habitants de la capitale arménienne

L’action Vinci était en baisse de 2% à 93,99 euros à 07h59 GMT.

Informations de Dominique Vidalon ; Edité par Sudip Kar-Gupta et Emelia Sithole-Matarise

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.