La Russie a été privée de l’organisation de la finale de l’UEFA Champions League vendredi, Saint-Pétersbourg étant remplacée par Paris après l’invasion russe de l’Ukraine.

La finale masculine continuera à se jouer le 28 mai, mais désormais au Stade de France avec une capacité de 80 000 spectateurs après décision du comité exécutif de l’UEFA.

« L’UEFA tient à exprimer ses remerciements et sa reconnaissance au président de la République française, Emmanuel Macron, pour son soutien personnel et son engagement à amener le match le plus prestigieux du football interclubs européen en France à un moment de crise sans précédent », a déclaré l’instance. recteur du football européen dans un communiqué.

« Avec le gouvernement français, l’UEFA soutiendra pleinement les efforts multipartites pour assurer le sauvetage des footballeurs et de leurs familles en Ukraine confrontés à d’horribles souffrances humaines, à la destruction et au déplacement.

La réunion a également décidé que les clubs et équipes nationales russes et ukrainiens dans les compétitions de l’UEFA devront jouer sur des sites neutres jusqu’à nouvel ordre.

Le Stade de France a accueilli pour la dernière fois la finale de la Ligue des champions il y a 16 ans, lorsque Barcelone a battu Arsenal lors de la finale de 2006.

Le stade de Saint-Pétersbourg d’une capacité de 68 000 places a été initialement choisi en 2019 pour accueillir la finale en 2021. Cela a été reporté d’un an en raison des perturbations causées par la pandémie de COVID-19.

Le stade porte le nom de la société énergétique publique russe Gazprom, qui est également l’un des principaux sponsors de l’UEFA de la Ligue des champions et du Championnat d’Europe.

READ  Sendinblue acquiert la société de marketing de commerce électronique PushOwl

Alexander Dyukov, membre du comité exécutif de l’UEFA, est le PDG d’une filiale de Gazprom.

Cette décision intervient alors que les bombes et les troupes russes ont pilonné l’Ukraine au cours de la première journée complète de l’invasion, et les dirigeants mondiaux ont commencé vendredi à peaufiner une réponse visant à punir l’économie russe et ses dirigeants, y compris le cercle restreint du président Vladimir Poutine.

Cher lecteur,

Business Standard s’est toujours efforcé de fournir des informations et des commentaires à jour sur les développements qui vous intéressent et qui ont des implications politiques et économiques plus larges pour le pays et le monde. Vos encouragements constants et vos commentaires sur la façon d’améliorer notre offre n’ont fait que renforcer notre détermination et notre engagement envers ces idéaux. Même en ces temps difficiles découlant de Covid-19, nous restons déterminés à vous tenir informés et à jour avec des nouvelles crédibles, des points de vue faisant autorité et des commentaires incisifs sur les questions d’actualité pertinentes.
Nous avons cependant une demande.

Alors que nous sommes aux prises avec l’impact économique de la pandémie, nous avons encore plus besoin de votre soutien pour pouvoir continuer à vous proposer plus de contenu de qualité. Notre modèle d’abonnement a reçu une réponse encourageante de la part de bon nombre d’entre vous qui se sont abonnés à notre contenu en ligne. Plus d’abonnements à notre contenu en ligne ne peuvent que nous aider à atteindre nos objectifs de vous offrir un contenu encore meilleur et plus pertinent. Nous croyons en un journalisme libre, juste et crédible. Votre soutien à travers plus d’abonnements peut nous aider à pratiquer le journalisme auquel nous nous sommes engagés.

READ  "Quelle est vraiment la dette publique de la France?"

Soutenir un journalisme de qualité et abonnez-vous à Business Standard.

éditeur numérique