PARIS, 12 juillet (Reuters) – L’Union européenne a annoncé lundi vouloir se mettre d’accord d’ici fin juillet sur le cadre juridique d’un régime de sanctions contre les dirigeants libanais, mais a averti que la mesure ne serait pas appliquée immédiatement.

Dirigée par la France, l’UE tente d’accroître la pression sur les politiciens libanais après 11 mois de crise qui a laissé le Liban confronté à un effondrement financier, à une hyperinflation, à des pannes de courant et à des pénuries de carburant et de nourriture.

Cette décision fait partie des efforts internationaux plus larges visant à forcer un gouvernement stable capable de mener des réformes cruciales à sortir de près d’un an de chaos politique et d’effondrement économique à la suite d’une explosion qui a dévasté le port de Beyrouth.

« Je peux dire que l’objectif est d’achever cela avant la fin du mois. Je ne parle pas de la mise en place du régime, seulement de la construction du régime selon une base juridique solide », a déclaré le chef de la politique étrangère de la UE, Josep Borrell. à Bruxelles.

Près d’un an après l’explosion du 4 août, qui a fait plus de 200 morts, des milliers de blessés et dévasté des quartiers de la capitale, le Liban est toujours dirigé par un gouvernement intérimaire.

« Le Liban est en mode d’autodestruction depuis plusieurs mois », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian aux journalistes à Bruxelles. « Maintenant, il y a une situation d’urgence importante pour une population qui est en danger. »

L’UE doit d’abord mettre en place un régime de sanctions qui pourrait alors voir les personnes affectées par des interdictions de voyager et des gels d’avoirs, bien qu’elle puisse également décider de n’inclure personne dans l’immédiat.

READ  Andi Zeqiri pourrait cibler des rôles clés pour Albion et la Suisse

Le Drian a déclaré qu’il existe désormais un consensus entre les 27 nations du bloc pour un régime.

Les critères de sanctions de l’UE, tels que les interdictions de voyager et les gels d’avoirs pour les politiciens libanais, incluent probablement la corruption, l’entrave aux efforts pour former un gouvernement, les crimes financiers et les violations des droits de l’homme, selon une note diplomatique consultée par Reuters. Lire la suite

Reportage de Richard Lough et John Irish; écrit par Michel Rose et John Irish; Montage par Hugh Lawson et Marguerita Choy

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.