Publié le: Modifié:

Londres (AFP) – La société mondiale de communications par satellite OneWeb a annoncé lundi qu’elle changerait ses lancements pour SpaceX d’Elon Musk, après avoir suspendu ses activités avec le cosmodrome russe de Baïkonour au Kazakhstan.

« OneWeb… a annoncé aujourd’hui que la société et SpaceX ont conclu un accord qui permettra à OneWeb de reprendre les lancements de satellites », a déclaré OneWeb dans un bref communiqué.

Les termes de l’accord restent confidentiels avec le premier lancement prévu plus tard cette année.

OneWeb a décidé le 3 mars d’exclure tout lancement depuis Baïkonour car il aurait utilisé des fusées russes Soyouz et aurait été supervisé par l’agence spatiale russe Roscosmos.

Le groupe avait fait face à d’intenses pressions politiques pour retirer ses activités de Baïkonour à la suite de l’invasion russe de l’Ukraine.

« Nous remercions SpaceX pour son soutien », a déclaré Neil Masterson, PDG de OneWeb.

« Avec ces plans de lancement en cours, nous sommes sur la bonne voie pour terminer la construction de notre flotte complète de satellites et fournir une connectivité robuste, rapide et sécurisée dans le monde entier. »

OneWeb a déjà lancé 428 satellites en orbite via des fusées Soyouz sous Starsem, qui est une joint-venture entre l’européen Arianespace et le russe Roscosmos.

Le groupe s’est efforcé d’achever la construction d’une constellation de satellites en orbite terrestre basse afin de fournir des services haut débit améliorés et d’autres services dans le monde entier.

OneWeb vise à ce que son service Internet commercial mondial soit opérationnel au cours de la prochaine année, soutenu par un total de près de 650 satellites.

READ  Les médecins traitant certains patients COVID à domicile alors que les hôpitaux de l'Alabama manquent de lits

Arianespace travaille avec la Russie depuis près de deux décennies et a un contrat pour effectuer 16 lancements Soyouz entre décembre 2020 et la fin de cette année.

Cependant, la Russie a suspendu les lancements spatiaux depuis la Guyane française et a retiré son personnel technique le 26 février en réponse aux sanctions de l’UE suite à l’assaut de Moscou contre l’Ukraine.