LES NATIONS UNIES: Après quatre sessions peu concluantes, les États membres de l’ONU ont repris lundi les pourparlers visant à conclure enfin un traité pour protéger la haute mer mondiale, une ressource vitale mais fragile qui couvre près de la moitié de la planète.

Une foule d’ONG et de pays touchés affirment que le pacte est nécessaire de toute urgence pour améliorer la gestion de l’environnement dans ce vaste domaine, bien que largement non réglementé, car il fait face à des défis croissants.

Mais la pandémie de Covid-19 a ralenti les négociations pendant deux ans, et une session en mars censée être concluante a avancé mais a manqué de temps.

Le nouveau cycle de pourparlers qui s’ouvre lundi se poursuivra jusqu’au 26 août au siège des Nations Unies à New York.

Que ce soit réellement le dernier tour reste incertain, selon des personnes proches des pourparlers.

Recevez les dernières nouvelles


livré dans votre boîte de réception

Inscrivez-vous aux newsletters quotidiennes du Manila Times

En m’inscrivant avec une adresse e-mail, je reconnais avoir lu et accepté les conditions d’utilisation et la politique de confidentialité.

Les négociateurs sont « prudemment optimistes », a déclaré une source à la Coalition Haute Ambition, qui regroupe une cinquantaine de pays menés par l’Union européenne.

La source a déclaré à l’Agence France-Presse que les participants doivent trouver un compromis entre deux « grandes idées »: protéger l’environnement et réglementer les activités humaines, d’une part, tout en protégeant les libertés en haute mer.

La haute mer commence à la frontière des zones économiques exclusives (ZEE) des nations, qui, selon le droit international, n’atteignent pas plus de 200 milles marins (370 kilomètres) de la côte de chaque pays et ne sont sous la juridiction d’aucun État . .

READ  Résumé du match Pachuca vs León (1-0) Mi-temps et plus Dernières nouvelles ici

Même si la haute mer représente plus de 60 % des océans, et près de la moitié de la planète, elle a longtemps été ignorée au profit des zones côtières, avec des protections étendues à quelques espèces vulnérables seulement. Seul un pour cent de la haute mer bénéficie d’une protection juridique.

Cependant, les scientifiques ont montré l’importance de protéger les écosystèmes océaniques dans leur intégralité. Ils produisent la moitié de l’oxygène que les humains respirent et contribuent à limiter le réchauffement climatique en absorbant une grande partie du dioxyde de carbone émis par l’activité humaine.

Cependant, ils sont gravement menacés par l’augmentation continue des niveaux de dioxyde de carbone (qui intensifie le réchauffement et acidifient les eaux océaniques), la pollution et la surpêche.

Une « boussole » mondiale

Cela ajoute à l’urgence de conclure enfin le pacte mondial sur la « conservation et l’utilisation durable de la diversité biologique marine des zones situées au-delà de la juridiction nationale », déclarent les ONG et la High Ambition Coalition.

« Ce traité est d’une grande importance », a déclaré Julien Rochette, chercheur à l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI), « car il va donner un cadre, une boussole, aux principes et règles qui guident l’ensemble de la communauté internationale ». . dans la gestion de cet espace commun ».

Mais le dernier projet de traité ne résout toujours pas plusieurs questions épineuses ni ne choisit entre des options diverses et contradictoires, telles que les conditions pour créer les soi-disant aires marines protégées.

Pour James Hanson de Greenpeace, la future Conférence des Parties (ou COP, organe décisionnel qui regroupe tous les États signataires) doit avoir le pouvoir de « créer ces Aires Marines Protégées sans avoir à céder aux instances existantes ».

READ  Rapport de cinq pays sur l'épuisement des stocks de poissons

Cependant, les questions de coopération avec les organisations maritimes régionales (telles que les droits de pêche) doivent encore être tranchées.

La question de savoir si la CdP pourrait interdire certaines activités en haute mer si une étude d’impact environnemental obligatoire s’avérait défavorable, ou si un État pouvait simplement aller de l’avant, reste également en suspens, a déclaré Rochette à l’AFP.

Une autre question sensible concerne l’allocation des bénéfices potentiels du développement des ressources génétiques à l’étranger, où les entreprises pharmaceutiques, chimiques et cosmétiques espèrent trouver des médicaments, des produits ou des remèdes miracles.

Des recherches aussi coûteuses en mer sont en grande partie l’apanage des riches, mais les pays en développement ne veulent pas être exclus des retombées potentielles des ressources marines qui n’appartiennent à personne. Il n’est pas clair s’il y a eu un mouvement substantiel des principales parties depuis le dernier cycle de pourparlers, a déclaré Rochette.

Il a déclaré que les plus grands partisans d’un accord sur cette question sont l’Union européenne, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et les pays en développement, tandis que l’opposition la plus forte vient de la Russie et des pays préoccupés par les droits de pêche, notamment l’Islande et le Japon.