Une agence humanitaire des Nations Unies a averti dimanche que plus de 16 millions de personnes au Yémen souffriraient de la faim cette année et qu’environ un demi-million de personnes dans ce pays ravagé par la guerre vivent déjà dans des conditions de famine.

Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires, ou OCHA, a déclaré que le risque de famine à grande échelle dans le pays le plus pauvre du monde arabe “n’a jamais été aussi aigu”, ajoutant que des années de conflit, le déclin Effondrement économique et institutionnel créé énormes besoins humanitaires dans tous les secteurs.

L’avertissement sévère intervient un jour avant une conférence de promesses de dons organisée conjointement par la Suède et la Suisse. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, demandera cette année 3,85 milliards de dollars d’aide humanitaire pour le Yémen.

Il est peu probable que la réponse à l’appel de l’ONU réponde aux attentes, étant donné que la pandémie de coronavirus et ses conséquences dévastatrices ont affecté les économies du monde entier. De riches donateurs du Golfe tels que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, qui ont généreusement contribué aux appels de l’ONU en 2018 et 2019, ont réduit l’aide au Yémen l’année dernière.

La guerre au Yémen a commencé en 2014 lorsque les rebelles houthis ont pris le contrôle de la capitale, Sanaa, et d’une grande partie du nord du pays. La coalition soutenue par les États-Unis et dirigée par l’Arabie saoudite est intervenue des mois plus tard pour expulser les rebelles et restaurer le gouvernement internationalement reconnu. Le conflit a tué quelque 130 000 personnes et provoqué la pire catastrophe humanitaire au monde.

READ  La NASA termine la `` répétition en tenue humide '' de son système de lancement spatial

La conférence d’engagement de lundi intervient alors que les Houthis soutenus par l’Iran ont renouvelé leur offensive dans la province centrale de Marib, attisant les craintes d’une nouvelle crise humanitaire dans une région qui abrite la plus grande population déplacée du pays, selon les autorités locales.

La province, où se trouve l’ancien barrage du Grand Marib, a servi de refuge à environ 1 million de Yéménites qui ont fui les offensives houthistes depuis le début de la guerre, selon les chiffres de l’ONU.

Les rebelles ont renouvelé leurs attaques contre la province riche en pétrole, un obstacle contre eux, mais ont dû faire face à une résistance acharnée et à de lourdes frappes aériennes de la part de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite. Des centaines, pour la plupart des Houthis, ont été tués dans les combats.

OCHA a déclaré que les combats à Marib ont déplacé plus de 8 000 civils, en particulier du district de Sirwah, qui abrite quelque 30 000 personnes déplacées dans au moins 14 camps. Sirwah a connu les combats les plus difficiles, a-t-il déclaré.

L’agence a mis en garde contre le déplacement possible de 380 000 personnes supplémentaires si les combats atteignaient l’actuelle ville de Marib, capitale de la province où les camps de personnes déplacées sont déjà surpeuplés.

(Cette histoire n’a pas été modifiée par le personnel de Devdiscourse et est automatiquement générée à partir d’un flux syndiqué.)