Le match: 2-3

C’est une petite surprise à l’échelle du football féminin européen. Vainqueur des cinq dernières éditions de la Ligue des champions, l’OL s’est battu pour sa renaissance avec la compétition ce mercredi, lors du match aller des huitièmes de finale. Mais les Lyonnaises l’ont arraché malgré tous les succès au Juventus Stadium (3-2). Ils devront montrer une autre photo au stade Groupama mardi (19h).

Ogre européen de la dernière décennie, avec sept couronnes remportées, Lyon était parfois méconnaissable mercredi, sous le regard de son président Jean-Michel Aulas et de son homologue turinois Andrea Agnelli. Un peu comme lors de la défaite face au PSG le 20 novembre (1-0) en Championnat. Si les onze de Rhône ont plutôt bien commencé, avec une tête de gunnarsdottir déviée par Giuliani (2e) et un tir de Parris capté par le gardien italien (6e), il n’a pas pu configurer correctement son jeu.

Après avoir subi un premier but de Lina Hurtig dans le petit filet (14e), les Lyonnaises, fiévreuses, ont concédé le premier but. Bonansea, plus rapide que Karchaoui, a réussi à délivrer un centre parfait pour Hurtig, profitant du retard de Carpenter (16e). Abasourdi par ce premier but encaissé en huitièmes de finale de C1 depuis 10 ans, les champions d’Europe sont revenus avec un penalty plutôt généreux, alors que la faute de Bonansea sur Karchaoui semblait sortie des sentiers battus. Le capitaine Wendie Renard en a fait une force (30e), et on pensait que Lyon était parti du bon pied. Manquer de.

READ  Le Barça veut à tout prix se débarrasser de Luis Suárez

L’entrée de Malard a débloqué l’OL

Sarah Bouhaddi a empêché Hurtig de signer un doublé juste après le match nul (32e). Mais il n’a rien pu faire dans le but contre son peloton de Kadeisha Buchanan (38e), symptomatique des maux de Lyon. Dans le deuxième but turinois le plus engagé, le défenseur canadien s’est d’abord retiré trop loin pour respecter l’alignement de la défense, après un échappé de Gunnarsdottir. Carpenter n’a pas suivi Hurtig sur le côté gauche, sur un nouveau service de Bonansea, et le centre suédois a été totalement gâté de terminer dans les buts.

Avec un jeu souvent trop stéréotypé, l’OL a eu du mal à réagir, malgré quelques coups de pied arrêtés dangereux. C’est finalement le triple changement à la 57e minute, avec les entrées de Cayman, Henry et Malard qui ont fait la différence. Melvine Malard (20) à égalité en exploitant un départ de Buchanan et une déviation par inadvertance de Cayman (67), tandis qu’Amandine Henry, qui avait les yeux au beurre noir depuis le banc en début de match, a apporté de la stabilité à la dernière demi-heure. Le jeune Malard a de nouveau été décisif dans le but gagnant, au service de Saki Kumagai (88e).

2

Lyon n’avait plus concédé deux buts en match de Ligue des champions depuis mars 2019 et leur victoire en quart de finale contre Wolfsburg (4-2). Les Lyonnaises n’avaient concédé que deux buts dans toute la campagne européenne en 2019-2020.