Nous avons de l’art pour les yeux et de la musique pour les oreilles, mais qu’en est-il des stimuli créatifs pour notre odorat ?

La maison de ventes Phillips à Paris s’attaque à cette problématique à travers une nouvelle vitrine de sculptures olfactives de six artistes, dont Joana Vasconcelos et Adel Abdessemed, incorporant des fragrances créées uniquement par des parfumeurs.

« Profile By » est le fruit d’une exploration de la parfumeur Diane Thalheimer, qui a invité chaque artiste à s’associer à un parfumeur pour développer un parfum et l’intégrer dans une œuvre d’art. Il a partagé son idée avec le producteur de parfums International Flavours and Fragrances (IFF), qui a accepté de jumeler six de ses parfumeurs avec les artistes avec lesquels Thalheimer souhaitait collaborer.

« J’ai choisi des artistes qui ont une forte personnalité et une approche distinctive de la création artistique, car cela signifie que leur identité olfactive sera plus forte », a déclaré Thalheimer à Artnet News. Il a ensuite interviewé chaque artiste pour démêler leur « identité olfactive » avant d’associer chacun d’eux à un parfumeur IFF.

Joana Vasconcelos. Photo : Kyla Rosselli.

Vasconcelos transmet dans son arôme, intitulé Lança, son intérêt pour le bien-être et le yoga. Sa collaboratrice, la parfumeur Anne Flipo, a cherché à traduire les sept chakras en un parfum à base d’encens, qui se diffuse à travers les petites céramiques vasconcelos blanches en forme de croix décorées de crochet aux couleurs vives.

« Nous avons eu des réunions Zoom toutes les semaines pour discuter de parfum et nous nous sommes rencontrés à Paris pour que je puisse comprendre le monde des parfums. [by visiting the IFF laboratory]” Vasconcelos a déclaré à propos de la collaboration.

READ  Une bousculade dans un sanctuaire religieux indien fait 12 morts

L’expérience d’incorporer le sens de l’odorat dans son travail a conduit Vasconcelos à envisager la sculpture d’une manière différente. « Normalement, mes pièces sont très grandes et prennent de la place. Ici, les sculptures sont petites et c’est le parfum qui remplit le volume de l’espace », a-t-il déclaré. Vasconcelos a l’intention d’incorporer des sculptures odorantes dans son exposition à la chapelle Sainte-Chapelle de Vincennes en France l’année prochaine.

L’exposition souligne également l’importance de l’odorat à une époque où de nombreuses personnes la perdent. « Mon cousin est l’une des nombreuses personnes qui ont perdu l’odorat après avoir contracté le COVID-19 », a déclaré Vasconcelos.

Pablo Reinoso. Photo : Kyla Rosselli.

Pendant ce temps, l’artiste parisien Pablo Reinoso, qui a conçu des flacons de parfum dans le passé, a collaboré avec le parfumeur Domitille Michalon Bertier pour développer un parfum frais et boisé qui se diffuse à travers la partie émaillée de sa sculpture en bois en spirale. Me bercer.

« J’ai travaillé sur la création de parfums pour Givenchy, mais c’est la première fois que je développe quelque chose sur mon propre goût et non stratégiquement pour le consommateur », a déclaré Reinoso. « Mon concept est que balancer la sculpture active le parfum. »

La pièce la plus sensuelle est peut-être celle d’Abdessemed. Ne me touches pasune boule contenant un parfum de rose orientale en équilibre sous une sculpture blanche en céramique et plâtre représentant un pied de femme. « Quand il sentit la rose [note]Il a tout de suite pensé à un pied de femme et s’est imaginé voir une femme qu’il ne peut pas atteindre », a expliqué le parfumeur Paul Guerlain.

Adel Abdessemed Photo : Kyla Rosselli.

Le sculpteur et designer français Hubert Le Gall est tellement enthousiasmé par le projet qu’il a inclus ses pièces incrustées de parfums dans son exposition actuelle « Greek Fantasy » à la Villa Kérylos dans le sud de la France. Il travaille avec Jean-Christophe Hérault sur le parfum aromatique inspiré du dieu grec du vin, Dionysos, qui se diffuse à travers un vase percé d’une branche de perles de verre.

Chaque sculpture est produite dans une édition de 15 à 50, avec des prix variant entre 4 000 € et 14 000 € (4 800 $ à 16 900 $).

« Profile By » est visible chez Phillips, 46 Rue du Bac, 75007 Paris, jusqu’au 24 juin 2021.

Poursuivre Actualités Artnet sur Facebook:


Voulez-vous prendre une longueur d’avance dans le monde de l’art? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières nouvelles, des interviews perspicaces et des clichés critiques incisifs qui alimentent la conversation.