Cathay Pacific a réduit de près de moitié les vols vers Hong Kong en provenance de l’extérieur de la Chine en raison de la politique « zéro COVID ».

Pour Bloomberg

Hong Kong est de plus en plus isolée du monde extérieur en raison de ses politiques strictes de Covid-19, car la ville impose une série d’interdictions de vol et les compagnies aériennes coupent les services entrants.

Cathay Pacific Airways Ltd. a réduit de près de moitié le nombre de vols vers Hong Kong en provenance de l’extérieur de la Chine le mois prochain, selon la société de données aéronautiques Cirium, à la suite de restrictions de quarantaine plus strictes imposées aux équipages de conduite.

La principale compagnie aérienne de la ville n’a programmé que 150 vols entrants en janvier, le total mensuel le plus bas depuis mai. Avant la pandémie, ce chiffre était proche de 4 000.

Les compagnies aériennes sont confrontées à un retour à l’incertitude en raison de l’évolution des règles et des développements en matière de santé publique qui ont plongé les plans des clients dans le chaos et sapé la demande au début de la pandémie.

Hong Kong s’est adapté à la stratégie Covid-zéro de la Chine alors que la ville cherche à rétablir les voyages sans quarantaine avec le continent. Les autorités ont imposé certaines des règles de voyage les plus strictes au monde et les visiteurs étrangers doivent être mis en quarantaine jusqu’à trois semaines. Les inquiétudes grandissent maintenant que Hong Kong sera laissé pour compte alors que d’autres grandes villes tentent de vivre avec Covid comme endémique.

READ  La visite de Morawiecki à Paris place la coopération économique avant la politique

Cathay avait apporté des changements « importants » à ses horaires cette semaine, notamment la fermeture de certains vols à destination et en provenance de Hong Kong, en raison de restrictions de quarantaine plus strictes pour le personnel navigant.

Cas communautaires

Selon le South China Morning Post, l’équipage travaillant sur les vols de passagers au départ de la Chine a perdu toutes les exemptions liées à la quarantaine cette semaine. Jeudi soir, Cathay a déclaré avoir suspendu tous les vols de fret et de passagers long-courriers pendant sept jours en raison des nouvelles règles.

British Airways a annulé entièrement ses vols vers Hong Kong jusqu’en mars en raison de mesures plus strictes. Au total, les compagnies aériennes du monde prévoient 758 services, à l’exclusion de ceux de la Chine continentale, vers la ville en janvier, selon Cirium. C’est moins de 791 ce mois-ci et environ 11 000 avant la crise.

Omicron a interrompu une reprise naissante des voyages aériens internationaux pendant les vacances de Noël habituellement chargées, et Hong Kong n’est pas le seul à tenter de lutter contre la variante. Des pays comme la France ont également rétabli les restrictions de voyage pour contenir la tension qui se propage rapidement.

Une zone pour les passagers se rendant en quarantaine dans le hall des arrivées de l’aéroport international de Hong Kong à Hong Kong, Chine, le lundi 29 novembre 2021. Les compagnies aériennes sont confrontées à un retour à l’incertitude de l’évolution des règles et des évolutions de la santé publique que les clients les plans ont vomi. dans le chaos et la demande minée au début de la pandémie.

READ  Engie, principal actionnaire de Suez, accepte de vendre ses actions à Veolia, malgré le désaccord de l'Etat

Jeudi, Hong Kong a annoncé deux patients Covid positifs préliminaires qui n’avaient aucun antécédent de voyage, marquant la première épidémie communautaire en près de sept mois. Les deux cas sont liés à un membre d’équipage qui a été testé positif à l’omicron.

Les réductions des vols réguliers vers Hong Kong au début de l’année prochaine font suite à des semaines de répression contre des compagnies aériennes telles qu’Air India Ltd. et Emirates qui ont exploité des vols entrants transportant des passagers infectés. Jeudi, les autorités ont fermé trois routes supplémentaires exploitées par Finnair Oyj, Turkish Airlines et Cebu Pacific pendant deux semaines pour avoir enfreint les règles de prévention de Covid-19.