Les pourparlers de Vienne se poursuivent avec des groupes de travail d’experts travaillant sur les mesures à prendre pour se conformer pleinement au JCPOA.

Téhéran, Iran – Le ministère iranien des Affaires étrangères a condamné une demande du Conseil de coopération du Golfe (CCG) d’inclure ses demandes dans l’accord nucléaire de 2015 avec les puissances mondiales, les accusant d’essayer de faire dérailler les pourparlers en cours à Vienne.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Saeed Khatibzadeh a dénoncé la déclaration « irresponsable et immature » du CCG en début de semaine selon laquelle les pourparlers devraient répondre aux préoccupations concernant le programme d’enrichissement de Téhéran, en plus de l’implication du bloc régional dans les conversations.

« Son objectif en faisant de telles déclarations n’est pas de demander la participation, mais d’interrompre le processus des discussions techniques à Vienne », a déclaré Khatibzadeh.

Les dirigeants du CCG «devraient savoir que l’Iran est membre de l’Agence internationale de l’énergie atomique et que toutes ses activités nucléaires sont sous les programmes de surveillance de l’organisation, et il est évident que son développement est conforme aux droits légitimes de l’Iran, sur la base de leurs intérêts nationaux, et pour rendre compte de leurs besoins pacifiques », a-t-il ajouté.

Les États-Unis se sont retirés unilatéralement de l’accord historique en 2018 et ont imposé une vague de sanctions à l’Iran qui n’ont pas encore été levées.

Les pourparlers se poursuivent à Vienne avec des groupes de travail d’experts qui travaillent toujours sur les mesures que les États-Unis et l’Iran doivent prendre pour revenir au plein respect du Plan d’action global conjoint (JCPOA).

READ  Des dirigeants catalans attaqués à l'aide d'un logiciel espion NSO, selon des experts en cybersécurité | Catalogne

Les pourparlers dans la capitale autrichienne devraient se poursuivre samedi après que les principaux négociateurs ont tenu plusieurs pourparlers bilatéraux et multilatéraux depuis mercredi lors de la deuxième série de réunions en face à face pour rétablir l’accord.

À la suite d’une attaque contre ses principales installations nucléaires à Natanz la semaine dernière, l’Iran a commencé à enrichir de l’uranium à 60% de pureté, son niveau le plus élevé.

L’Iran dit qu’il l’utilisera pour produire du molybdène afin de fabriquer des radiopharmaceutiques.

Dans sa déclaration, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a déclaré que les dirigeants arabes devraient adresser leurs préoccupations aux États-Unis, qui ont violé l’accord, et aux «activités nucléaires militaires et illégales» d’Israël.