Le logo de la compagnie pétrolière et gazière française Total est visible à Rueil-Malmaison, près de Paris, en France, le 2 mars 2021. REUTERS/Benoit Tessier

BAGDAD, 5 septembre (Reuters) – Le groupe français Total (TTEF.PA) construira quatre projets énergétiques géants dans le sud de l’Irak dans le cadre d’un accord de 27 milliards de dollars signé dimanche à Bagdad, a annoncé le ministre du Pétrole du pays.

La société démarrera avec un investissement initial de 10 milliards de dollars, a déclaré le PDG Patrick Pouyanne lors de la cérémonie de signature, ajoutant que les travaux d’ingénierie commenceront « immédiatement ».

Le plan est de mobiliser des équipes en Irak d’ici la fin 2021, a-t-il déclaré.

Le ministre irakien du Pétrole Ihsan Abdul Jabbar a déclaré que la première phase comprendra un investissement de 3 milliards de dollars du groupe français dans un projet d’injection d’eau de mer dans les champs pétrolifères pour améliorer la récupération du pétrole.

Total, a-t-il ajouté, fournira également 2 milliards de dollars pour construire une usine de traitement du gaz produit dans les champs méridionaux de West Qurna 2, Majnoon, Artawi, Tuba et Luhais.

Il devrait produire 300 millions de pieds cubes de gaz par jour (mcf / j) et doubler après une deuxième phase de développement, a déclaré Jabbar.

Le ministre du Pétrole a déclaré que le gaz produit par le projet de Total dans le sud aidera l’Irak à réduire ses importations de gaz en provenance d’Iran, le gaz produit localement étant également moins cher que le gaz iranien.

Le coût du gaz importé d’Iran est d’environ 8 $ par million de Btu et le gaz à produire à partir du projet de Total coûterait 1,50 $ par million de Btu moins cher, a déclaré Jabbar.

READ  Le budget d'Israël surmonte le premier obstacle au Parlement

Les deux autres projets sont une centrale solaire et un pour augmenter la production de brut du champ pétrolier d’Artawi.

Total contribuera à augmenter la production du champ pétrolier d’Artawi à 210 000 barils par jour de pétrole (b/j) contre 85 000 b/j actuellement, selon un communiqué du ministère du Pétrole.

Reportage d’Ahmed Rasheed Écrit par Maher Chmaytelli Édité par David Goodman

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.