L’Irak délivre un mandat d’arrêt contre Trump pour “ assassinat prémédité ” pour une frappe aérienne au cours de laquelle son chef paramilitaire a été tué avec le général iranien Soleimani

  • Un tribunal de Bagdad a émis un mandat d’arrêt contre le président américain Donald Trump.
  • Abu Mahdi al-Muhandis a été tué dans la même attaque de drone américain qui a tué Soleimani
  • Le tribunal de l’est de Bagdad a émis le mandat d’arrêt en vertu de l’article 406 du code pénal

Un mandat d’arrêt a été émis contre le président sortant Donald Trump en relation avec le meurtre d’un général iranien et d’un puissant chef de milice irakienne l’année dernière, a déclaré la justice irakienne.

L’ordonnance a été publiée jeudi par un juge du tribunal d’instruction de Bagdad chargé d’enquêter sur la frappe de drone menée par Washington qui a tué le général Qassim Soleimani et Abu Mahdi al-Muhandis, a déclaré le bureau des médias du tribunal.

Ils ont été assassinés devant l’aéroport de la capitale en janvier dernier.

Al-Muhandis était le chef adjoint des Forces de mobilisation populaire autorisées par l’État, un groupe de coordination composé d’un certain nombre de milices, y compris des groupes soutenus par l’Iran, formés pour lutter contre le groupe État islamique.

La justice irakienne a émis un mandat d’arrêt contre le président américain sortant Donald Trump en relation avec l’assassinat d’un général iranien et d’un puissant chef de milice irakien l’année dernière.

Les fidèles scandent des slogans lors de la cérémonie de prière de vendredi, alors qu'une bannière montre le général des gardiens de la révolution iranienne Qassem Soleimani, à gauche, et le commandant de la milice chiite irakienne Abu Mahdi al-Muhandis, décédé en Irak dans un Image du fichier d'attaque de drone américain)

Les fidèles scandent des slogans lors de la cérémonie de prière de vendredi, alors qu’une bannière montre le général des gardiens de la révolution iranienne Qassem Soleimani, à gauche, et le commandant de la milice chiite irakienne Abu Mahdi al-Muhandis, décédé en Irak dans un Image du fichier d’attaque de drone américain)

Soleimani a dirigé le corps expéditionnaire Qods du Corps des gardiens de la révolution iranienne.

Le mandat d’arrêt portait sur une accusation de meurtre au premier degré, passible de la peine de mort en cas de condamnation. Il est peu probable que cela se produise, mais c’est symbolique dans les derniers jours de la présidence Trump.

La décision de rendre l’ordonnance “a été prise après que le juge a enregistré les déclarations des plaignants de la famille Abu Mahdi al-Muhandis”, selon un communiqué du Conseil judiciaire suprême.

Trump s'adresse aux journalistes en accueillant le Premier ministre irakien Mustafa Al-Kadhimi (non illustré) et le vice-président Mike Pence, le secrétaire d'État Mike Pompeo et le conseiller à la sécurité nationale Robert O'Brien dans le bureau ovale de la Chambre Blanca le 20 août 2020

Trump s’adresse aux journalistes en accueillant le Premier ministre irakien Mustafa Al-Kadhimi (non illustré) et le vice-président Mike Pence, le secrétaire d’État Mike Pompeo et le conseiller à la sécurité nationale Robert O’Brien dans le bureau ovale de la Chambre Blanca le 20 août 2020

L’enquête sur les meurtres est en cours, a indiqué le tribunal.

Les meurtres ont déclenché une crise diplomatique et tendu les liens entre les États-Unis et l’Irak, suscitant la colère des législateurs politiques chiites qui ont adopté une résolution non contraignante pour faire pression sur le gouvernement pour qu’il expulse les troupes étrangères du pays.

Depuis lors, les groupes soutenus par l’Iran ont intensifié leurs attaques contre la présence américaine en Irak, incitant Washington à mettre fin à sa mission diplomatique à Bagdad.

READ  Chadwick Boseman, acteur de `` Black Panther '', décède