L’Inde continuera de jouer un rôle positif dans l’approfondissement de la compréhension commune de l’Arctique grâce à l’observation, à la recherche, au renforcement des capacités et à la coopération internationale, a déclaré samedi le ministre des Sciences de la Terre, Harsh Vardhan. En participant à la 3e réunion ministérielle sur les sciences de l’Arctique (ASM), il a également proposé que l’Inde ait la possibilité d’accueillir la prochaine ou la future ASM.

Au cours de la réunion, le ministère des Sciences de la Terre a également fait part de ses projets de contribution aux systèmes d’observation dans l’Arctique, à la fois sur place et par télédétection.

Il a déclaré que l’Inde déploierait des mouillages en haute mer dans l’Arctique pour la surveillance à long terme des variables de la haute mer et des paramètres météorologiques marins.

“L’Inde continuera à jouer un rôle positif dans l’approfondissement de la compréhension commune de l’Arctique par l’observation, la recherche et le renforcement des capacités, ainsi que la promotion du développement durable de la région grâce à la coopération internationale”, a-t-il déclaré.

Le ministère dans un communiqué a déclaré que le lancement de la mission satellite NASA-ISRO Synthetic Aperture Radar, en collaboration avec les États-Unis, est en cours.

La mission vise à effectuer des mesures mondiales de la cause et des conséquences des changements à la surface de la Terre à l’aide de l’imagerie radar avancée, a-t-il déclaré, ajoutant que les contributions de l’Inde au réseau d’observation soutenue de l’Arctique se poursuivront.

Le premier ASM a eu lieu aux États-Unis en 2016 et le deuxième en Allemagne en 2018. Le troisième ASM est co-organisé par l’Islande et le Japon et se tiendra en Asie.

READ  Inondations en Allemagne: plus de temps humide à venir alors que les tempêtes poussent vers l'est | Nouvelles du monde

La réunion est conçue pour offrir des opportunités à diverses parties prenantes, y compris les universités, les communautés autochtones, les gouvernements et les décideurs, d’améliorer la compréhension collective de la région arctique, de souligner et de participer à un suivi constant et de renforcer les observations, a-t-il déclaré.

Le thème de cet ASM est “Connaissance pour un Arctique durable”. L’Arctique se réchauffe et la fonte de sa glace est une préoccupation mondiale, car elle joue un rôle essentiel dans la régulation du climat, le niveau de la mer et le maintien de la biodiversité, a-t-il déclaré.

En outre, il existe de plus en plus de preuves d’un lien entre l’Arctique et l’océan Indien, qui module la mousson indienne, a déclaré le ministère.

Par conséquent, il est très important d’améliorer la compréhension des processus physiques et de quantifier l’impact du dégel de l’Arctique sur la mousson d’été en Inde, a-t-il déclaré.

Depuis 2013, l’Inde bénéficie du statut d’observateur au Conseil de l’Arctique avec 12 autres pays (Japon, Chine, France, Allemagne, Royaume-Uni, Italie, Suisse, Pologne, Espagne, Pays-Bas, Singapour et Corée du Sud).

Le Conseil de l’Arctique est un forum intergouvernemental de haut niveau destiné à promouvoir la coopération, la coordination et l’interaction en vue du développement durable et de la protection de l’environnement dans l’Arctique.

Dans le cadre du Conseil de l’Arctique, l’Inde contribue aux délibérations internationales pour développer des partenariats de coopération efficaces vers une région sûre, stable et protégée, a déclaré le ministère.

L’engagement de l’Inde envers l’Arctique remonte à 1920 avec la signature du Traité du Svalbard à Paris.

READ  La technologie de la NASA permet un atterrissage de précision et l'évitement des dangers sans pilote

Depuis juillet 2008, l’Inde dispose d’une station de recherche permanente dans l’Arctique appelée Himadari à NyAlesund, dans la région de Svalbard en Norvège. Il a également déployé un observatoire multi-capteurs amarré appelé IndARC dans le fjord de Kongsfjorden depuis juillet 2014.

La recherche dans la région arctique de l’Inde est coordonnée, dirigée et promue par le Centre national de recherche polaire et océanique (NCPOR), Goa, sous l’égide du ministère des Sciences de la Terre.