Les Parisiens avancent avec plus de certitude pour ce match décisif. Mais sans assurance? C’est ce que l’équipe a voulu leur rappeler ces dernières heures, en demandant aux joueurs de mettre la même intensité que contre MU pour cela “Troisième extrémité”. “Il faut défendre avec la même énergie, la même intensité”Tuchel a continué devant les microphones.

Et avec la même animation? Il y a deux semaines, l’entraîneur estimait que son équipe n’avait pas les ressources physiques pour évoluer en 4-4-2. Si nous faisons confiance aux paroles du technicien sur le danger des Turcs “En contre-attaque”et sur le besoin d’être “Très vigilant” et exercer un “Contre-pression agressive”, la tendance est au renouvellement du 4-3-3. Un schéma qui tourne facilement 3-4-3 (comme contre Leipzig, MU et Bordeaux) avec la sentinelle descendant entre les échanges.

Neymar sous menace de suspension

Quant à la composition des onze, Tuchel n’a fait aucun montage lundi soir. Neymar, Marco Verratti, reposé ce week-end, prendra le départ. Il y a un léger doute autour de Presnel Kimpembe, écrasé sur le pied en sortant, même si ses sentiments étaient bons. A gauche, la réélection d’Abdou Diallo est incertaine. Son passage à travers l’Angleterre répond à une logique de duels. Au milieu, avec Verratti et Danilo Pereira (utiles sur coups de pied arrêtés), Leandro Paredes, Rafinha (exceptionnel à Montpellier) et Idrissa Gueye se battent pour une place.

Si Tuchel installe un quatuor devant, l’Argentin devra être efficace dans le contre-effort. Trois joueurs sont menacés de suspension en cas de carton jaune (remis à zéro en quart de finale) et pas des moindres. Neymar, Verratti et Paredes seront suspendus pour une éventuelle huitième de finale en cas d’avertissement ce mardi soir.