Les Parisiens avancent avec plus de certitude pour ce match décisif. Mais sans assurance? C’est ce que l’équipe a voulu leur rappeler ces dernières heures, en demandant aux joueurs de mettre la même intensité que contre MU pour cela « Troisième extrémité ». « Il faut défendre avec la même énergie, la même intensité »Tuchel a continué devant les microphones.

Et avec la même animation? Il y a deux semaines, l’entraîneur estimait que son équipe n’avait pas les ressources physiques pour évoluer en 4-4-2. Si nous faisons confiance aux paroles du technicien sur le danger des Turcs « En contre-attaque »et sur le besoin d’être « Très vigilant » et exercer un « Contre-pression agressive », la tendance est au renouvellement du 4-3-3. Un schéma qui tourne facilement 3-4-3 (comme contre Leipzig, MU et Bordeaux) avec la sentinelle descendant entre les échanges.

Neymar sous menace de suspension

Quant à la composition des onze, Tuchel n’a fait aucun montage lundi soir. Neymar, Marco Verratti, reposé ce week-end, prendra le départ. Il y a un léger doute autour de Presnel Kimpembe, écrasé sur le pied en sortant, même si ses sentiments étaient bons. A gauche, la réélection d’Abdou Diallo est incertaine. Son passage à travers l’Angleterre répond à une logique de duels. Au milieu, avec Verratti et Danilo Pereira (utiles sur coups de pied arrêtés), Leandro Paredes, Rafinha (exceptionnel à Montpellier) et Idrissa Gueye se battent pour une place.

Si Tuchel installe un quatuor devant, l’Argentin devra être efficace dans le contre-effort. Trois joueurs sont menacés de suspension en cas de carton jaune (remis à zéro en quart de finale) et pas des moindres. Neymar, Verratti et Paredes seront suspendus pour une éventuelle huitième de finale en cas d’avertissement ce mardi soir.