Publié le: Modifié:

L’Indien Gautam Adani, l’homme le plus riche d’Asie, a fait fortune en misant sur le charbon. Désormais, son objectif est de devenir le premier acteur mondial des énergies renouvelables d’ici 2030 et de faire de son pays une superpuissance énergétique propre.

Avec six centrales électriques au charbon, Adani, 60 ans, est le plus grand acteur privé de l’électricité en Inde. Il a investi après que l’Inde a libéralisé son économie au début des années 1990 et a lancé un boom à forte intensité énergétique.

La demande d’électricité en Inde continue de croître de façon exponentielle et le gouvernement souhaite augmenter la capacité de production d’énergie renouvelable pour répondre en partie à la demande croissante.

Au milieu des pressions pour s’éloigner des combustibles fossiles, Adani a déjà ajouté l’énergie verte à son portefeuille. Il s’engage désormais à investir 70 milliards de dollars dans les énergies renouvelables d’ici 2030, ce qui, espère-t-il, générera à terme plus d’électricité que de brûler du charbon.

« L’un des objectifs les plus ambitieux au monde »

Inde C’est le troisième émetteur de gaz à effet de serre au monde derrière la Chine et les États-Unis. Pour réduire les émissions, les responsables indiens disent vouloir augmenter la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique du pays.

Les énergies renouvelables représentent 22 % de la capacité totale installée de l’Inde d’environ 357 GW. Le gouvernement souhaite disposer de 175 GW de capacité d’énergie renouvelable installée d’ici 2022 et l’augmenter encore à 500 GW d’ici 2030.

READ  Un guide du meilleur du luxe à Mykonos

Il espère que la réalisation de ces objectifs aidera l’Inde à atteindre la neutralité carbone d’ici 2070 et à réduire la vulnérabilité aux chocs énergétiques externes.

« C’est l’un des objectifs les plus ambitieux en matière d’énergies renouvelables au monde, bien plus que les objectifs fixés par les pays développés », a déclaré un expert de l’énergie et du changement climatique. Chandra Bhushan a-t-il déclaré à RFI.

« En général, ces objectifs sont hautement souhaitables, mais ils nécessiteront des réformes majeures dans les secteurs de la transmission et de la distribution et des politiques stables pour les atteindre. »

Fabrication de panneaux solaires à Oragadam, dans l’état du Tamil Nadu, Inde du Sud. © AFP – ARUN SANKAR

Adani a récemment lancé une importante campagne de capitaux pour financer sa campagne en faveur des énergies renouvelables, qui, selon elle, est conforme aux intérêts de l’Inde et aux objectifs de décarbonisation de New Delhi.

« Nous alignons notre métier et notre ambition commerciale sur la volonté du gouvernement. Et c’est pourquoi nous avons toujours eu un vent arrière », a déclaré Adani dans une interview avec le temps financiers.

Miser sur l’hydrogène vert

Au cours des derniers mois, la valeur nette d’Adani a grimpé de près de 2 milliards de pour cent à 125 milliards de dollars, selon Indice Bloomberg des milliardaires.

Au début de cette année, Entreprises Adani annonce un partenariat avec la France Énergies totales avec un investissement de 50 milliards de dollars sur les 10 prochaines années.

hydrogène vert – l’hydrogène produit avec des énergies renouvelables – est au centre de ces plans. Les pays du monde entier font la course pour développer le carburant, qui pour le moment reste cher.

READ  La Suisse va lancer des certificats COVID-19 pour faciliter les voyages en Europe

direction le Congrès mondial des comptables À Mumbai en novembre, Adani a déclaré que l’Inde pourrait même devenir un exportateur net d’énergie verte d’ici 2050.

« Le refroidissement de la planète sera l’une des activités les plus rentables et le plus grand créateur d’emplois pour les décennies à venir », a-t-il déclaré.

« Je n’ai aucun doute que l’Inde dirigera la transition énergétique mondiale. »

Gautam Adani prend la parole au Congrès mondial des comptables à Mumbai le 19 novembre 2022.
Gautam Adani prend la parole au Congrès mondial des comptables à Mumbai le 19 novembre 2022. © AFP – INDRANIL MUKHERJEE

Pas de plans pour couper le charbon

La branche énergies renouvelables d’Adani, énergie verte adanidéclare être l’une des plus grandes sociétés d’énergie renouvelable en Inde à développer, construire, posséder, exploiter et entretenir des projets éoliens et solaires connectés au réseau à grande échelle.

« En contribuant aux rêves d’énergie renouvelable de l’Inde, Adani Green Energy est en passe de devenir la plus grande entreprise d’énergie renouvelable au monde d’ici 2030 », selon son site Web.

Mais les écologistes craignent que l’utilisation continue du charbon par l’Inde n’entrave la lutte mondiale contre le changement climatique, malgré l’engagement du pays en faveur de l’énergie propre.

Les combustibles fossiles restent au cœur des plans de l’Inde pour stimuler son économie en croissance, ainsi que pour les activités d’Adani. Le milliardaire ne s’est pas engagé à éliminer progressivement le charbon et continue de construire des centrales électriques au charbon.

« Passer aux énergies renouvelables n’est pas une transition facile », a-t-il déclaré. Sreedhar Ramamurthi de confiance environnementaleune équipe de développement communautaire à but non lucratif.

READ  Kim appelle à une "augmentation exponentielle" de l'arsenal nucléaire nord-coréen

« Lorsqu’il fixe des objectifs de croissance des énergies renouvelables, le gouvernement doit tenir compte du souci de ne pas nuire à l’environnement. »