AL RAYYAN, Qatar, 29 novembre (Reuters) – La première expérience de la France avec une ancienne colonie lors d’un match de Coupe du monde s’est terminée de manière acrimonieuse lorsque, en tant que champions en titre, ils ont affronté un Sénégal fougueux lors du match d’ouverture du tournoi 2002 et ils ont subi un 1- 0 défaite qui a précipité une sortie au premier tour.

Les attentes pour la rencontre de mercredi avec la Tunisie lors de leur dernier match de groupe au Qatar sont très différentes, la puissante équipe française atteignant les huitièmes de finale dans l’espoir de balayer l’équipe africaine, mais il y aura sûrement de la nervosité dans le jeu, née des liens coloniaux entre des pays.

Dix membres de l’équipe tunisienne de cette Coupe du monde sont nés en France, certains d’entre eux étant des jeunes internationaux pour la France avant de changer de camp.

Deux autres ont vécu en France depuis leur plus jeune âge et ont également la double nationalité, ajoutant de la familiarité à l’affrontement.

L’attaquant tunisien expérimenté Wahbi Khazri est né sur l’île française de Corse et est inscrit au club de Ligue 1 de Montpellier.

« Je voulais être dans le groupe France avant le tirage au sort. C’est un rêve devenu réalité », a déclaré Khazri aux journalistes mardi.

« J’essaie de représenter la Tunisie en France tous les week-ends avec une bonne performance et j’aime aussi représenter la Corse, parce que j’y suis né. Je porte beaucoup de drapeaux sur les épaules, c’est sympa. Je suis 100% tunisien, 100% Français et 100% corse, je n’ai pas honte de ça », a-t-il ajouté.

READ  La Suisse refuse d'extrader un homme d'affaires vers la Russie

L’attitude décontractée de Khazri envers le match au stade Education City n’est cependant pas la norme, car les affrontements précédents ont été un forum pour les communautés immigrées marginalisées de France pour exprimer leurs frustrations.

Il y a environ 700 000 Tunisiens vivant en France et le match amical de 2008 de la Tunisie contre la France à Paris a été regardé par beaucoup qui ont sifflé l’hymne français et hué chaque touche de balle du remplaçant français Hatem Ben Arfa, d’origine tunisienne.

Cela a provoqué une réaction de colère du président français Nicolas Sarkozy, qui a convoqué la Fédération française de football à une réunion et a exigé qu’il ne soit plus joué de matchs sur le sol français contre les équipes nationales des anciennes colonies d’Afrique du Nord.

Le gouvernement a également insisté sur le fait que les futurs jeux doivent être annulés si l’hymne national est hué.

« C’est insultant pour la France, c’est insultant pour les joueurs de l’équipe de France, il ne faut pas le tolérer », avait alors déclaré le Premier ministre François Fillon.

L’équipe de Tunisie à cette Coupe du monde a bénéficié du soutien passionné de ses compatriotes basés au Qatar et devrait soumettre la France à un accueil hostile dans le match, que les Nord-Africains doivent gagner pour avoir une chance d’éviter l’élimination.

Edité par Ed Osmond

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.