Image haute résolution de Pluton prise par New Horizons le 14 juillet 2015. Les scientifiques espèrent qu’une mission de retour de Pluton volera pour une rencontre plus tard ce siècle. Crédit : NASA/Laboratoire de physique appliquée de l’Université Johns Hopkins/Institut de recherche du sud-ouest

3 milliards de dollars mission de retour à Pluton avec un orbiteur pour étudier plus avant les océans souterrains de Pluton et sa grande lune Charon.

Lorsque Nouveaux horizons a survolé Pluton en 2015, a trouvé des preuves d’un océan souterrain d’eau liquide, ajoutant le petit monde à une liste croissante de mondes du système solaire qui abritent des océans souterrains qui pourraient soutenir la vie microbienne. Ces mondes incluent la planète naine Cérès, les lunes de Jupiter Europe et Ganymède, et les lunes de Saturne Encelade et Titan.

Dans un article publié dans le magazine icareune équipe de chercheurs dirigée par Amirhossein Bagheri du Institut de géophysique à Zurich, en Suisse, a utilisé des modèles informatiques pour simuler l’histoire et l’évolution des océans souterrains sur Pluton et Charon.

Situés à plus de cinq milliards de kilomètres du Soleil, des mondes comme Pluton et Charon pourraient abriter des océans souterrains en raison du réchauffement interne causé par la désintégration radioactive des roches.

L’étirement des marées par chaque monde compagnon n’est pas une source de chaleur en raison de la petite taille des deux mondes.

READ  Une ancienne abbaye fouillée en France révèle une architecture anti-inondation - ARTnews.com

En mesurant l’équilibre énergétique entre le chauffage et le refroidissement à l’intérieur de Pluton et de Charon, les chercheurs ont obtenu un enregistrement des changements de température et de profondeur dans les océans souterrains des deux mondes. Les paramètres qu’ils ont modélisés comprennent l’épaisseur de la glace et des océans, la profondeur des océans et le pourcentage d’ammoniac que les océans contiennent.

Ils ont déterminé que l’océan souterrain de Charon a complètement gelé au cours des 500 derniers millions d’années parce que la grande lune a un budget thermique inférieur à celui de Pluton.

Parce que Pluton a un noyau plus gros, une glace plus visqueuse (une glace qui a une consistance entre le solide et le liquide) et une teneur en ammoniac plus élevée, son océan souterrain a survécu et est actuellement estimé entre 25 et 95 milles d’épaisseur (40 à 150 kilomètres). ).

Illustration de vaisseau spatial concept Perséphone.  Ce vaisseau spatial vise à étudier la zone de la ceinture de Kuiper et son orbite autour de la planète Pluton.  Perséphone serait équipé de 12 instruments et utiliserait un système de propulsion nucléaire pour réduire le temps de trajet vers Pluton.  Le vaisseau spatial serait potentiellement lancé en 2031 à l'aide d'une fusée Space Launch System (SLS) Block 2. Crédit : NASA

Illustration de vaisseau spatial concept Perséphone. Ce vaisseau spatial vise à étudier la zone de la ceinture de Kuiper et son orbite autour de la planète Pluton. Perséphone serait équipé de 12 instruments et utiliserait un système de propulsion nucléaire pour réduire le temps de trajet vers Pluton. Le vaisseau spatial serait potentiellement lancé en 2031 à l’aide d’une fusée Space Launch System (SLS) Block 2. Crédit : NASA

noble perséphonela mission de retour proposée sur Pluton a une date de lancement provisoire de 2031. Le concept de mission implique un lancement à la NASA SLS fusée avant de survoler Jupiter un an plus tard, tout comme Nouveaux horizons il l’a fait, arrivant sur Pluton en 2058 après avoir survolé un objet de la ceinture de Kuiper plus proche en 2050.

READ  Construire des appareils électroniques qui peuvent survivre sous la calotte glaciaire du Groenland

Le vaisseau spatial mettrait 27 ans pour atteindre Pluton car, contrairement à Nouveaux horizonsil devra voyager à un rythme plus lent pour ralentir et entrer en orbite autour de la planète.

Pluton s’éloigne également du Soleil après son périhélie de 1989, donc perséphone vous devrez voyager plus loin pour l’atteindre que Nouveaux horizons a fait.

L’étude de l’océan souterrain de Pluton, qui pourrait abriter la vie microbienne, est un facteur important pour la mission de retour. Un autre est Nouveaux horizonsIl est surprenant de découvrir que Pluton est géologiquement active, avec des glaciers flottants sur Sputnik Planitia, le côté ouest de son cœur emblématique, Tombaugh Regio.

Dr Carly Howett de la Institut de recherche du sud-ouest (SwRI) à Boulder, Colorado, qui est le chercheur principal de la mission proposée, souligne qu’expliquer comment un océan souterrain d’eau liquide pourrait exister sur Pluton nécessite un orbiteur plutôt qu’une simple mission de survol. Un orbiteur serait capable d’étudier la gravité du système Pluton, puisque cette gravité influence la sonde.

En plus d’étudier la structure interne de Pluton, perséphone il observerait également sa surface et son atmosphère, ainsi que les surfaces et les atmosphères d’autres objets plus petits de la ceinture de Kuiper.

La proposition de Howett, qui appelle à une deuxième rencontre avec un objet de la ceinture de Kuiper en 2069 après un séjour de trois ans sur l’orbite de Pluton, devrait être examinée par la NASA. Enquête décennale sur les sciences planétaires et l’astrobiologiequi choisit les futures missions de l’agence spatiale.

READ  Suisse - 'La nature doit être notre alliée dans l'adaptation au climat...

Tagged: Orbiteur Charon New Horizons Perséphone Pluton océan souterrain The Range

laurier kornfeld

Laurel Kornfeld est une astronome amateur et écrivaine indépendante de Highland Park, NJ, qui aime écrire sur l’astronomie et la science planétaire. Il a étudié le journalisme au Douglass College de l’Université Rutgers et a obtenu un certificat d’études supérieures en sciences du programme d’astronomie en ligne de l’Université de Swinburne. Ses écrits ont été publiés en ligne dans The Atlantic, la section des blogs invités du magazine Astronomy, la UK Space Conference, le journal de l’Assemblée générale de l’AIU 2009, The Space Reporter et les bulletins d’information de divers clubs d’astronomie. Il est membre d’Amateur Astronomers, Inc., basé à Cranford, NJ. Particulièrement intéressée par le système solaire externe, Laurel a fait une brève présentation lors du Great Planet Debate 2008 qui s’est tenu au Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory à Laurel, MD.