Le gouvernement éthiopien a suspendu les travaux de deux organisations d’aide internationale pendant trois mois, y compris dans la région du Tigré touchée par le conflit, les accusant de répandre de la désinformation.

Ethiopia Current Issues Fact Check, un site Web géré par le gouvernement et axé sur le Tigré, accusé Médecins sans frontières (MSF) et le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) de violer diverses règles.

Les deux organisations ont confirmé l’interdiction et ont déclaré qu’elles étaient en pourparlers avec le gouvernement pour reprendre leur travail.

Un communiqué de MSF a déclaré que l’interdiction s’appliquait aux activités de sa section néerlandaise dans les régions du Tigré, de Gambella, d’Amhara et de Somalie en Éthiopie.

Le chef de l’aide de l’ONU, Martin Griffiths (à l’écran) fait un briefing au Conseil de sécurité. « Il faut mettre fin aux accusations générales des travailleurs humanitaires », a-t-il déclaré. Photographie : Xinhua/Rex/Shutterstock

« L’accès aux soins de santé dans ces régions est déjà limité, et l’impact d’une nouvelle réduction des services en raison d’une suspension forcée aura des conséquences désastreuses pour les personnes que nous servons, y compris les citoyens éthiopiens et les communautés de réfugiés hôtes pour l’Éthiopie », a déclaré MSF.

MSF a également été accusé par le gouvernement éthiopien d’importer illégalement du matériel de radio par satellite et, avec le NRC, d’avoir fait venir des travailleurs étrangers sans autorisation appropriée.

S’exprimant à l’issue d’un voyage en Éthiopie cette semaine, le Le chef de l’aide de l’ONU Martin Griffiths, a rejeté les affirmations du gouvernement éthiopien selon lesquelles les groupes d’aide étaient biaisés envers les factions politiques du Tigré.

« Les accusations générales des travailleurs humanitaires doivent cesser », a-t-il déclaré. « Ils doivent être étayés par des preuves s’il y en a et, franchement, c’est dangereux. »

En juin, MSF a suspendu ses travaux dans certaines parties du Tigré après que trois de ses des employés ont été tués dans la région. Leurs corps ont été retrouvés près de la voiture dans laquelle ils voyageaient un jour après leur disparition.

Les forces éthiopiennes ont lancé une offensive sur le Tigré en novembre, expulsant dans un premier temps le parti au pouvoir local, le Front populaire de libération du Tigré (TPLF), que le gouvernement accuse d’avoir attaqué ses camps militaires.

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed avait rapidement déclaré la victoire, mais depuis lors, le TPLF a repris la majeure partie du Tigré et a exigé que les forces gouvernementales se retirent de la région et rétablissent l’électricité et d’autres services essentiels avant qu’ils ne soient d’accord sur un cessez-le-feu.

Griffiths a déclaré que la situation humanitaire au Tigré s’était aggravée en raison de la perturbation des approvisionnements en carburant, des communications et des banques.

« C’était navrant de voir l’ampleur de la dévastation et les familles qui, à ce jour, n’ont pas d’endroit où vivre ou de nourriture à mettre sur leur table », a-t-il déclaré. « Nous devons changer les circonstances qui ont conduit au lent mouvement de l’aide ; nous avons besoin que le conflit s’arrête.

en un déclaration sur la suspension des programmes d’aide du NRC en Éthiopie, a déclaré avoir aidé 585 000 personnes dans six régions du pays en 2020, tandis que MSF a déclaré que ses équipes de soins de santé avaient fourni 220 000 consultations l’année dernière.

MSF a déclaré qu’elle avait également été forcée de se retirer de la région du nord-ouest du Cameroun après que ses opérations y aient eu lieu. suspendu par le gouvernement il y a huit mois. Cette suspension est intervenue à la suite de plaintes des autorités selon lesquelles MSF soutenait des groupes séparatistes armés combattant dans la région. MSF a catégoriquement rejeté les accusations.

READ  Anniversaire de Tiananmen : les États-Unis font l'éloge de "Brave" 33 ans plus tard alors que Hong Kong met en garde contre les rassemblements | Porcelaine