Damartex, une entreprise française de confection, a annoncé une croissance de ses ventes de 11,4% à 764,2 millions d’euros au cours de l’exercice 21 clos le 30 juin 2021, contre 686,2 millions d’euros par rapport à l’exercice précédent. Malgré la cession de la marque Jours Heureux et l’arrêt de La Maison du Jersey et Delaby, les divisions Mode et Maison & Art de vivre de l’entreprise ont bien résisté.

« Dans un environnement sans précédent, le groupe a poursuivi avec succès la mise en œuvre de son plan de transformation « Transform To Accelerate TTA 2.0 ». La forte croissance du e-commerce de 47,0% à 137,9 millions d’euros, le développement de nouveaux marchés dans les pôles Santé et Maison & Art de vivre, et le changement d’orientation du pôle Mode lié à la modernisation en cours des marques confirment la stratégie entreprise », a déclaré le constructeur français dans un communiqué.

Les ventes de la division mode ont augmenté de 11,0% à 555,1 millions d’euros. Au cours de l’année, la marque Afibel a été stable notamment au quatrième trimestre avec une croissance de 19,3%, bénéficiant des premiers effets de son repositionnement et d’une nouvelle stratégie commerciale en Angleterre, selon la société.

Par ailleurs, les ventes de la division Home & Lifestyle au cours de l’exercice 21 ont progressé de 8,3 % à 177,7 millions d’euros, portées par les bonnes performances de la marque Coopers of Stortford, dont l’activité a progressé de 43, 3% au cours de l’année. Vitrine Magique a également amélioré ses ventes en France, avec une augmentation de 16,7%.

READ  Top 10 des pays avec les plus grandes réserves d'or 2020-21

Bureau d’information Fibre2Fashion (JL)

Damartex, une entreprise française de confection, a annoncé une croissance de ses ventes de 11,4% à 764,2 millions d’euros au cours de l’exercice 21 clos le 30 juin 2021, contre 686,2 millions d’euros par rapport à l’exercice précédent. Malgré la cession de la marque Jours Heureux et l’arrêt de La Maison du Jersey et Delaby, les divisions Mode et Maison & Art de vivre de l’entreprise ont bien résisté.