Les inquiétudes concernant le moral des réservistes appelés à combattre en Ukraine ont poursuivi la mobilisation de Vladimir Poutine depuis son annonce le mois dernier.

Certains soldats russes semblent être au bord de la mutinerie alors que l’armée s’efforce d’accueillir et de former des centaines de milliers d’hommes.

Dans le premier grand signe de protestation parmi les mobilisés, des centaines de soldats se sont rassemblés sur une voie ferrée dans la région sud-ouest de Belgorod, affirmant qu’ils étaient envoyés en Ukraine sans aucune formation.

Une vidéo filmée par les soldats est apparue jeudi sur une page de médias sociaux ultra-nationalistes russes.

« Nous sommes environ 500 ici », a déclaré le soldat derrière la caméra, qui ne s’est pas identifié.

« Nous avons des armes mais nous ne faisons partie d’aucune unité », a-t-il déclaré. « Personne ne sait où nous allons. Nous vivons comme du bétail depuis plus d’une semaine – sans équipement ni allocation monétaire.

Plusieurs hommes dans la foule, portant des cagoules, ont déclaré que leurs officiers les avaient traités « comme du bétail ».

Le ministère russe de la Défense a refusé de commenter la vidéo, mais un responsable anonyme du district militaire ouest de la Russie a déclaré à l’agence de presse RIA Novosti que les soldats n’allaient pas en Ukraine mais se rendaient dans un centre de formation dans le sud de la Russie.

« Traîner et boire »

Plus tôt cette semaine, un autre soldat mobilisé a été signalé mort avant d’atteindre l’Ukraine.

La mère d’Alexander Koltun a déclaré aux médias locaux que son fils était décédé dimanche dans un camp d’entraînement à l’extérieur de Novossibirsk en Sibérie, quatre jours après avoir été enrôlé.

READ  De Seattle à Los Angeles, la côte ouest ravagée par les flammes

Elena Zausayeva a rejeté les informations affirmant que son fils était mort d’un empoisonnement à l’alcool, affirmant qu’il était un abstinent qui subvenait aux besoins de six enfants.

Avant de mourir, il a dit à sa mère que les hommes mobilisés ne recevaient aucune ration et qu’ils « traînaient et buvaient » pour la plupart.

Des centaines de milliers d’hommes russes ont fui le pays pour échapper à la mobilisationmais Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin, a cherché jeudi à minimiser l’exode.

Répondant aux informations des médias russes affirmant que 700 000 hommes russes ont fui le pays ces derniers jours, M. Peskov a déclaré aux journalistes qu’il ne connaissait pas les chiffres exacts mais qu’il était convaincu qu’ils étaient « très éloignés » de ceux rapportés.

Le Kazakhstan et la Géorgie ont signalé ensemble que 300 000 Russes avaient traversé la frontière en moins de deux semaines.