Un amendement juridique dans Syrie Elle a été accueillie avec colère et consternation par les personnes déplacées par la guerre civile qui risquent maintenant de perdre leurs maisons et propriétés qu’elles ont laissées derrière elles à moins de payer des amendes exorbitantes au gouvernement de Damas.

De Bachar al-Assad gouvernement frappé de sanctions et de problèmes de liquiditéCherchant à collecter des fonds de toutes les manières possibles, il a annoncé une modification d’un article de la loi sur la conscription au début du mois. En vertu de la loi modifiée, ceux qui n’ont pas fait leur service militaire avant l’âge de 43 ans doivent payer 8 000 $ (5 700 £) ou ils perdront leurs biens. sans préavis ni droit d’appel.

Avant la modification de la loi, de nombreux Syriens étaient incapables ou refusaient de payer des amendes comprises entre 7 000 et 10 000 dollars pour contournement du service militaire obligatoire, mais risquent maintenant de perdre leurs biens s’ils ne se conforment pas.

Les sommes sont bien au-delà de la portée de la plupart des civils déplacés dans les régions du pays contrôlées par les rebelles, ainsi que de ceux emprisonnés dans des camps de réfugiés au Liban, en Jordanie et en Turquie. Dans Syrie, l’effondrement de la monnaie au cours de l’année dernière a laissé 12,4 millions de personnes dans des zones contrôlées par le régime, les rebelles et les Kurdes luttant même pour mettre de la nourriture sur la table.

Amer Ahmad, un ingénieur vivant maintenant à Istanbul, a appris les changements juridiques lorsque des proches toujours dans sa ville natale d’Alep l’ont informé que les autorités avaient scellé la maison de la famille avec de la cire rouge.

READ  Tottenham répond à la sortie européenne avec une victoire vitale en Premier League à Aston Villa

“J’étais tellement surpris. J’ai dû engager un avocat à Alep pour savoir pourquoi; Il a dit que c’était parce que je n’avais pas fait mon service militaire et que je n’avais pas payé l’amende. Les propriétés que mes frères et moi avons héritées de notre père sont toutes à mon nom, donc cela les affecte également. Nous perdrons tous nos actifs, pas seulement la maison », a déclaré le joueur de 44 ans.

«En général, j’ai été un activiste discret. Je ne voulais pas servir dans l’armée et je ne voulais pas soutenir financièrement le régime pendant que j’étais hors du pays, mais maintenant je suis obligé de le faire. Sinon, nos propriétés disparaîtront à jamais. “

L’amendement rejoint plusieurs mesures récentes similaires. En 2018, par exemple, le régime a introduit la loi notoire 10, qui a confisqué des biens et démoli les maisons de dissidents présumés, une politique décrite comme un nettoyage ethnique par des militants de l’opposition et des groupes de défense des droits de l’homme.

Mais au cours de l’année écoulée, lorsque l’économie syrienne s’est effondrée, les politiques financières initialement infligées comme une forme de punition collective à ceux qui ont résisté à Assad semblent désormais se concentrer de plus en plus sur la survie économique du régime.

Les familles des centaines de milliers de personnes détenues dans les prisons du régime syrien sont régulièrement contraints de soudoyer des fonctionnaires pour leur permettre de leur rendre visite ou d’obtenir leur libération – l’argent censé aider les hauts fonctionnaires de l’appareil de sécurité à éviter les sanctions.

READ  Le président du Conseil européen, Charles Michel, fait face à des appels à démissionner suite à l'incident sexiste du `` Sofagate ''

Les agriculteurs qui possèdent de riches terres dans la campagne de Hama qui sont utilisées pour cultiver des oliviers et des pistachiers, qui ont été repris par le régime à l’été 2019, ont découvert qu’ils étaient financièrement ruinés après que leur propriété ait été confisquée et vendue aux enchères à la fin de l’année. . dernier.

«C’est une punition massive et systématique pour les personnes qui se sont rebellées contre le régime», a déclaré Muhammad Abu Hussein, qui vit maintenant dans le camp de réfugiés d’Atmeh à la frontière turque. «J’ai un verger de 250 acres [100 hectares]. C’était difficile de continuer pendant la guerre, mais nous l’avons fait jusqu’à ce que le régime nous expulse. Les troupes du régime sont venues et ont volé mes tracteurs, ont volé ma maison.

«Quand je suis parti, j’ai embauché quelqu’un qui était en sécurité dans les zones du régime pour prendre soin de mes terres, mais après la décision de confiscation, je ne reçois plus un sou pour cela. Selon Assad, ce n’est plus ma terre. “

Les nouvelles mesures rendent encore plus difficile pour les quelque 12 millions de Syriens déplacés, soit près de la moitié de la population d’avant-guerre, d’envisager de rentrer chez eux, a déclaré Sara Kayyali, chercheuse à Human Rights Watch sur la Syrie.

«Ce qui est vraiment inquiétant dans ce nouvel amendement, c’est l’ampleur à laquelle il affecte la population syrienne. De nombreux Syriens, y compris des personnes fidèles au gouvernement, sont partis parce qu’ils voulaient éviter le recrutement et les violations des droits humains associés aux forces armées syriennes », a-t-il dit.

READ  Le navire a participé au nettoyage de la marée noire (actualis): Maurice: un troisième mort après le naufrage du remorqueur Sir Gatan Duval

«Damas est en plein essor économique et ne peut fonctionner que par des décisions judiciaires illégales et les mauvais traitements perpétrés contre des civils dans les zones sous son contrôle. Malheureusement, mon instinct est que nous continuerons à voir ce genre de pratiques alors que le gouvernement se bat pour l’argent. “