L’enquête montre que si le contexte quotidien d’une personne peut être la Méditerranée, comme Valence (photo), son lien avec la Suisse reste fort. Livia Thomas

Les Suisses de 55 ans et plus ont des liens étroits avec la Suisse, même lorsqu’ils vivent à l’étranger. C’est ce qu’atteste une enquête scientifique sur le « vieillissement transnational » qui permet de mieux comprendre cette population croissante.

Ce contenu a été publié le 20 octobre 2022 – 09:00

Laura Ravazzini et Livia Tomas, Revue Suisse

Près d’un quart des Suisses de l’étranger sont à la retraite. Selon l’Office fédéral de la statistique, la proportion de retraités vivant à l’étranger augmente plus rapidement que la proportion des autres tranches d’âge. L’augmentation de l’espérance de vie et les décisions d’émigration des personnes proches ou ayant atteint l’âge de la retraite sont les principales raisons de ce constat.

Dans ce contexte, la première Enquête transnationale sur le vieillissement a interrogé les personnes âgées de 55 ans et plus vivant en Suisse sur leur mobilité internationale. La deuxième Enquête transnationale sur le vieillissement, présentée dans cet article, s’est ensuite intéressée à la situation de vie et aux pratiques de mobilité des Suisses de l’étranger de plus de 55 ans. Les deux enquêtes ont été financées par le Fonds national suisse de la recherche scientifique et menées par cinq chercheurs de l’Institut de sociologie de l’Université de Neuchâtel et de la Haute école de travail social de Genève.

L’équipe de recherche : Mihaela Nedelcu, Eric Crettaz, Laura Ravazzini, Eva Fernández GG et Livia Tomás zVg

Pour la deuxième enquête, l’équipe de recherche a collaboré étroitement avec le ministère des Affaires étrangères et a recueilli les réponses de plus de 43 pays à travers le monde pendant la pandémie de Covid-19 (octobre 2020 à août 2021). Avec 10 000 enveloppes envoyées à travers le monde, l’enquête a suscité un énorme intérêt et a atteint un taux de réponse record avec un total de 4 689 réponses.

Résultats de l’enquête

74,3 % Lisez habituellement un journal suisse local ou régional, un bulletin d’information ou visitez des sites Web pour vous tenir au courant de la situation actuelle en Suisse.

21,9 % ont déjà acheté des cartes SIM suisses pour leur téléphone portable afin de communiquer avec leurs proches en Suisse ou pour d’autres raisons.

44,5 % ils ont recherché des informations sur les campagnes électorales et les référendums en Suisse par le biais des journaux, de conversations avec leur famille et leurs amis ou du bulletin de vote rouge.

35,2 % participer aux référendums et aux élections en Suisse. Par conséquent, le nombre de personnes qui votent est inférieur au nombre de personnes qui se tiennent informées sur les questions politiques.

Fin d’insert

Cinquième Suisse de 55 ans et plus

Le Cinquième Suisse, comme on appelle aussi les Suisses de l’étranger, proches ou de l’âge de la retraite, est composé de personnes de diverses nationalités qui voyagent régulièrement dans d’autres pays du monde. La plupart de ces personnes ont migré au moins une fois dans leur vie et vivent dans leur pays de résidence actuel depuis 30 ans en moyenne, sans nécessairement y être nées. Au total, 700 répondants avaient déménagé pour la dernière fois dans leur pays de résidence spécifiquement pour leur retraite. La population est hétérogène : environ un cinquième sont des descendants de Suisses nés dans le pays de résidence depuis plusieurs générations, qui n’ont jamais vécu en Suisse, mais voyagent pour la plupart régulièrement dans d’autres pays. Ainsi, la plupart des Suisses de l’étranger âgés de 55 ans et plus se considèrent comme des « locaux » ou des « cosmopolites ».

Attachement à la Suisse

La plupart des personnes interrogées ont passé en moyenne dix ans en Suisse et entretiennent des liens étroits avec le pays. Cet attachement est également fort chez les descendants suisses, qui n’ont jamais vécu en Suisse. Depuis cinq ans, la Suisse est une destination de vacances prisée, ainsi qu’un lieu prisé pour se retrouver régulièrement en famille et entre amis, et pour acheter des produits difficiles à trouver ailleurs. En outre, 900 participants ont indiqué avoir visité la Suisse pour des événements culturels et 450 répondants se sont rendus en Suisse pour des soins médicaux.

Transferts d’argent simples

Près de 450 répondants ont transféré de l’argent en Suisse au cours des 12 derniers mois. Ces transactions financières ont été effectuées à des fins caritatives, pour soutenir des membres de la famille, pour payer des voyages ou pour transférer de l’argent sur des comptes personnels en Suisse. De plus, les quelque 1000 participants dont les avoirs de prévoyance ont été transférés de Suisse vers un autre pays ont trouvé le processus très ou assez facile. Seulement 5 % ont rencontré des difficultés dans le processus.

Lire, communiquer, informer et voter

Les journaux, les newsletters et les sites Web en ligne sont souvent utilisés pour se tenir informés sur la Suisse. Les contacts avec les membres de la famille en Suisse se font également par divers moyens de communication, notamment par téléphone fixe ou mobile, ainsi que par Internet et ses applications. Enfin, si près de la moitié des personnes interrogées sont informées des campagnes électorales et des référendums qui se déroulent en Suisse, seuls quelques participants votent.

Migrer à l’âge de la retraite : voix personnelles

Dans le cadre du projet de recherche, cinq couples et 25 personnes vivant aujourd’hui au Maroc et en Espagne ont partagé leurs histoires personnelles.

Sophie et Laurent Dupraz* font partie de ceux qui ont décidé de quitter la Suisse à l’âge de la retraite. Il y a dix ans, ils ont décidé de s’installer en Espagne pour des raisons économiques. Lorsqu’ils vivaient encore en Suisse, il était important pour eux deux de s’engager politiquement et de voter. Cela n’a pas changé au cours des dix dernières années, comme le dit Sophie :

«Je pense qu’il est très important de rester informé de ce qui se passe en Suisse et des questions politiques qui sont débattues dans ce pays, également pour le bien de nos enfants et petits-enfants. Parce que c’est votre avenir. C’est une façon, si vous le souhaitez, de rester fortement lié à la Suisse.»

L’importance que Sophie attache à contribuer à façonner l’avenir de la Suisse pour ses enfants et petits-enfants est également illustrée par sa participation à la grève climatique en Suisse il y a quelques années. Bien que la participation aux référendums et aux élections n’ait pas la même importance pour toutes les personnes interrogées, beaucoup ont exprimé un intérêt à se tenir informés de la situation économique et sociale en Suisse, comme Jean Mauron*, qui vit en Espagne depuis deux ans. :

« Alors, j’écoute la radio ‘Suisse Romande’ tous les matins. Peu importe quand je me lève, allume mon ordinateur et écoute les nouvelles. J’ouvre aussi la page ‘Liberté’ deux ou trois fois par semaine pour lire l’actualité locale de Fribourg. J’ai aussi jeté un coup d’œil à la newsletter de swissinfo.ch.»

*Noms changés

Fin d’insert

Laura Ravazzini Il est chercheur postdoctoral dans le projet sur le « vieillissement transnational » et co-responsable des deux enquêtes quantitatives.

livia thomas Il est doctorant dans le projet de recherche sur le « vieillissement transnational » et a mené des entretiens qualitatifs avec des retraités vivant en Espagne et au Maroc.

Cet article a été publié pour la première fois par revue suisselien externe

Conforme aux normes JTI

Conforme aux normes JTI

En savoir plus: SWI swissinfo.ch certifié par la Journalism Trust Initiative

READ  Sam Bennett et Michael Mørkøv continuent de gagner une formule bouillonnante vers le Tour de France - VeloNews.com