C’était un après-midi d’été parfaitement ensoleillé alors que ma mère et moi nous promenions dans le Vieux-Québec, nous arrêtant à Place Royale, une place pavée vieille de 400 ans avec des bâtiments historiques en pierre grise avec des lucarnes rouges, en cuivre et en ardoise et des toits en pente. Ma mère est née et a grandi dans cette ville francophone, donc je savais que maintenant, dans ses 80 ans, cela signifiait beaucoup pour elle de revenir pour une visite.

Alors que nous nous remémorions, le son de l’accent local flottait autour de nous, et j’ai pensé à quelque chose que j’avais entendu récemment : alors que le français parlé au Québec peut ne pas sembler aussi romantique ou mélodieux à l’oreille que le français parisien contemporain, il est maintenant considéré comme le Français. étalon-or, la façon dont les Québécois parlent est en fait plus proche dans la prononciation du français utilisé par les aristocrates du 17e siècle, et même le roi.

J’ai grandi à Montréal dans les années 1960 et 1970, lorsque les anglophones, tout comme les Français de France, se moquaient de la prononciation bourrue du français québécois, la comparant au charlatanisme des canards. Moi-même, je me suis toujours senti profondément embarrassé en compagnie de mes camarades de classe anglophones à l’école d’immersion française. Les soi-disant experts et mes professeurs, qui venaient de France et du Maroc, disaient que la prononciation relâchée du Québec était gênante, qu’elle se moquait de la langue de Molière.

Il s’avère que le célèbre dramaturge du XVIIe siècle ressemblait probablement plus à un Québécois moderne qu’à un Parisien contemporain qu’ils ne le savaient.

READ  Les États-Unis envisagent de renvoyer les proches des diplomates d'Ukraine

En fait, j’ai hésité quand quelqu’un m’a dit cela quelques semaines plus tôt lors d’un déjeuner dans un café de North Hatley, une ville pittoresque des Cantons-de-l’Est légèrement montagneux, au sud-est de Montréal. Je savais que le français québécois avait conservé de nombreux vestiges de « le français du roy » ou « le français du roi », notamment dans son vocabulaire, mais j’ai tracé la ligne dans la prononciation. « Il n’est pas possible que Louis XIV ait dit ‘patte, voila’, Soit ‘toé et moé’! » dis-je incrédule, en les comparant aux prononciations les plus communément acceptées de passe, voila, Oui toi et moi.

Mais il y a des raisons historiques et linguistiques logiques pour lesquelles le français québécois est différent du français français (ce que les linguistes appellent le français « normatif » ou « neutralisé »).