Alors que l’Allemagne et la France sont aux prises avec des prix record de l’électricité dans un contexte de faibles approvisionnements en gaz en provenance de Russie et d’une faible production d’électricité nucléaire française, les pays nordiques, qui dépendent principalement de l’énergie hydraulique et éolienne, profitent d’une énorme baisse des prix dans les prochains jours.

La baisse de la demande due aux vacances d’été, au remplissage des réservoirs et au temps venteux ces jours-ci a entraîné une baisse de 80 % des prix quotidiens de l’électricité pour la région nordique vendredi. Les prix moyens de l’électricité en Europe du Nord pour samedi sont tombés à 4,24 dollars (4,17 euros) par mégawattheure (MWh) sur le Nord Pool à Oslo, selon Estimations Bloomberg.

A titre de comparaison, les prix journaliers en France étaient de 338 $ (333 €) par MWh et de 150 $ (148 €) par MWh en Allemagne.

Les prix quotidiens dans les pays nordiques ont atteint leur plus bas niveau depuis novembre 2020, en raison d’une combinaison de plusieurs facteurs. Il s’agit notamment de l’augmentation de la production d’énergie éolienne, des personnes qui partent en vacances d’été et de suffisamment d’eau pour la production d’énergie hydroélectrique.

En relation: L’OPEP + est toujours à 2,5 millions de bpj en deçà de son objectif de production

Les prix de l’électricité pour 2023 sont également beaucoup plus bas dans les pays scandinaves qu’en Allemagne, par exemple. Le contrat pour les prix nordiques l’année prochaine était de 112 dollars (110 euros) par MWh jeudi, contre un record de 377 dollars (371 euros) par MWh en Allemagne, selon Bloomberg.

READ  Katy Perry laisse les téléspectateurs en larmes alors que le feu d'artifice Celebrating America se ferme

Les réservoirs d’eau en Norvège, cependant, étaient remplis à 59,2% à la fin de la semaine dernière, en dessous de la moyenne sur 20 ans, selon les données de la Direction norvégienne des ressources en eau et de l’énergie (NVE). Les producteurs d’hydroélectricité ont été découragés ces dernières semaines d’exploiter plus d’eau pour la production d’hydroélectricité et d’économiser de l’eau pour l’hiver. Il a également été demandé aux opérateurs de ne pas exporter trop d’électricité vers le reste de l’Europe, car les réservoirs ne sont pas aussi pleins que les années précédentes, et de ne pas compter sur les importations en provenance d’Europe, qui a des problèmes d’approvisionnement en électricité.

Par Michael Kern pour Oilprice.com

Plus de lectures sur Oilprice.com :