Près de 400 000 sympathisants de la gauche française ont choisi l’ancienne ministre Christiane Taubira comme candidate à l’élection présidentielle d’avril après avoir voté en ligne. « primaire de la ville » dimanche, mais le processus a été rejeté par des candidats rivaux et laisse la gauche dans le désarroi alors qu’elle cherche à empêcher Emmanuel Macron de remporter un second mandat.

Le vote, au cours duquel les participants ont évalué les sept candidats nommés de « pas assez bon » à « très bon », a donné à Taubira une nette victoire, 67 % des électeurs l’ayant jugée au moins « bonne ».

Yannick Jadot des Verts et Jean-Luc Mélenchon du parti d’extrême gauche La France Insoumise (France Insoumise), sont arrivés deuxième et troisième, tandis qu’Anne Hidalgo, maire de Paris et candidate du Parti socialiste, est arrivée cinquième. Cependant, tous les trois ont rejeté les primaires et ont promis de poursuivre leurs propres campagnes.

Taubira, ancien ministre de la Justice dans le gouvernement socialiste de François Hollande et membre élu de l’Assemblée nationale du territoire français de Guyane en Amérique du Sud pendant près de deux décennies, a immédiatement appelé à l’unité.

« Nous voulons une gauche unie, une gauche forte », a-t-il déclaré à ses partisans à Paris. « Nous avons une bonne route devant nous. . . Nous n’avons pas le droit de baisser les bras. »

La gauche française connaît des moments difficiles depuis que Macron, ancien ministre de l’Economie de Hollande, a secoué la politique du pays avec sa campagne « ni droite ni gauche » qui lui a valu la présidence en 2017.

De récents sondages d’opinion montrent Macron, qui devrait briguer une réélection mais ne s’est pas encore déclaré, en tête avec environ 25 % d’intentions de vote au premier tour, suivi de trois candidats d’extrême droite et d’extrême droite. : Marine LePen . , Eric Zemmour et Valérie Pécresse.

READ  La chance de Kretinsky de prouver qu'il est la vraie affaire après la demande de transfert d'Ornstein

Plusieurs rivaux de gauche sont également candidats à la présidence, c’est pourquoi les organisateurs primaires ont cherché à rassembler le soutien d’un seul candidat. Dans les sondages, Mélenchon est actuellement le plus populaire à gauche, avec près de 10 % d’intentions de vote, suivi de Jadot et Hidalgo.

Le chef du Parti communiste Fabien Roussel est également debout, tout comme Nathalie Arthaud du parti Lutte ouvrière et Philippe Poutou du Nouveau parti anticapitaliste.

Taubira, qui a remporté 2,3% des voix au premier tour lorsqu’elle s’est présentée à la présidence en 2002, a déclaré dimanche qu’elle demanderait à ses rivaux de gauche de la soutenir même si elle comprenait leur réticence. Mais Mélenchon a déjà qualifié la primaire de « farce » et d’autres ont dit qu’ils l’ignoreraient.

Le parti conservateur Les Républicains a également été secoué par la victoire de Macron en 2017, mais une primaire de décembre a choisi Pécresse comme seule candidate et jusqu’à présent ses anciens rivaux ont été vaincus, dont Michel Barnier, l’ancien négociateur du Brexit de l’UE. Ils ont apporté leur soutien et l’ont rejoint. . Cloche.

Cet article a été modifié après publication pour indiquer qu’Emmanuel Macron était ministre de l’Économie dans le gouvernement de François Hollande.