L’embargo sur les réseaux sociaux sur « Till » de Chinonye Chukwu a été levé. Comme tous les autres critiques, je ne suis pas autorisé à publier une critique avant ce soir à 21 heures.

Les réactions sur Twitter ont été comme prévu : le film suit les livres, mais wow, Danielle Deadwyler surprend dans le rôle principal. Elle relève la qualité du film.

Le problème c’est le scénario. Les points positifs sont la direction délicatement pleine d’esprit de Chukwu et, bien sûr, Deadwyler. Je serais idiot de ne pas la considérer pour au moins une nomination aux Oscars dans la catégorie Meilleure actrice.

en ce moment ça doit être Blanchette , voler, Deadwyler, WilliamsOui Oui. Colman est n°6.

Matt Néglia: Je ne peux pas assez chanter les louanges de Danielle Deadwyler. Ce qu’il fait ici en donnant une performance douloureuse avec force et nuance est extraordinaire et sera étudié pour les années à venir. Sa scène finale dans la salle d’audience m’a littéralement donné la chair de poule. Elle est mon choix pour remporter l’Oscar de la meilleure actrice.

Clayton Davis (variété): Juste pour que nous soyons clairs, toute composition possible de la meilleure actrice aux Oscars qui n’inclut PAS Danielle Deadwyler pour #Jusqu’à, est FAUX et doit être immédiatement jeté à la POUBELLE. Cette femme est une star. Totalement. Aussi, donnez à Chinonye Chukwu l’argent pour faire ce qu’il veut.

Joey Magidson (Radar Awards): Till est un biopic historique assez standard, mais Danielle Deadwyler est excellente. Surtout lors d’une séquence de test du troisième acte, le film fonctionne mieux comme une vitrine pour elle.

READ  Le studio français Superprod rachète la société de coproduction – Date limite

David Canfield (Vanity Fair): Danielle Deadwyler est vraiment *incroyable* ici, avec plusieurs scènes qui m’ont coupé le souffle. Elle ancre la vision pleine d’esprit, sensible et nuancée de Chukwu. La seule performance de cette saison dont je n’ai pas pu me passer : si brute et si bonne.

Anne Thompson (IndieWire): Le réalisateur Chinonye Chukwu (Clemency) sait comment obtenir de grandes performances d’acteurs. Avec la première de NYFF Till (10/14 UAR), Danielle Deadwyler (Station Eleven) incarne la mère en deuil d’Emmett Till, 14 ans, lynché. Mais Chukwu extrait le drame avec des gros plans lourds.

Will Mavity (prochain meilleur film): Danielle Deadwyler est une étourdissante dans Till. Elle emmène ce personnage dans un voyage émotionnel si gigantesque de la timidité, puis à la dévastation, puis à la colère juste et courageuse. Le genre de performance que vous ne pouvez pas quitter des yeux et à laquelle vous pensez pendant des semaines.