Le président français Emmanuel Macron est sous pression pour s’excuser pour l’héritage dévastateur de décennies d’essais nucléaires en Polynésie française alors qu’il termine son premier voyage officiel dans la région. De nombreux insulaires pensent que les tests ont augmenté le taux de cancer de la population et exigent une reconnaissance et une indemnisation.

Macron est en visite Polynésie française, un archipel de plus de 100 îles, pour la première fois depuis son élection en 2017. Le président, qui a reporté une visite prévue en 2020 dans l’outre-mer en raison de la pandémie de Covid-19, est arrivé samedi soir à Tahiti. un séjour de quatre jours Tout a commencé par une visite dans un hôpital de l’île capitale de Papeete.

Surtout, le président français devrait aborder les séquelles de 193 essais nucléaires La France a joué dans les atolls de Moruroa et Fangataufa de 1966 à 1996. Beaucoup ont développé un cancer dans les années qui ont suivi les tests et attendent un geste significatif de Macron alors qu’ils se battent pour obtenir réparation.

Plusieurs organisations et associations politiques de Polynésie française mettent en garde depuis des années contre les effets à long terme des radiations des tests. “Ce pays a beaucoup souffert de ces essais nucléaires et continue de souffrir. Quand on voit que d’éminents scientifiques prédisent désormais que les maladies radio-induites ont un effet transgénérationnel, on se demande ce que l’on va transmettre à nos enfants”, a-t-il ajouté. Antony Géros, vice-président du parti indépendantiste Tavini Huiraatira, a déclaré au réseau de médias français Outre-Mer La 1ère avant la visite de Macron.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Papeete le 17 juillet pour rendre hommage aux victimes de l’un des essais les plus polluants, appelé le Centaure, qui a eu lieu à cette date en 1974 près de Moruroa. Une précédente manifestation avait eu lieu le 2 juillet, jour anniversaire du premier essai nucléaire de la France en Polynésie française.

READ  Mike Tyson a l'intention de se battre à nouveau en 2021

Les manifestations font suite à de nouvelles révélations sur les conséquences des tests ces derniers mois. Une enquête intitulée “Toxique” publié en mars par l’ONG médiatique française Disclose affirme que la population a été exposée à des doses de radioactivité plus élevées qu’annoncées officiellement et que la France n’a ni averti ni protégé sa population.

“Toxic” précise qu’après le test Centaure, “quelque 110.000 personnes ont été dangereusement exposées à la radioactivité, soit la quasi-totalité de la population des archipels à cette époque”.

Essais atmosphériques, puis souterrains

Las pruebas nucleares se llevaron a cabo por primera vez en la atmósfera entre 1966 y 1974. “Hubo presión internacional para detener estas pruebas aéreas y trasladarlas bajo tierra, pero Francia no cedió y ocultó el alcance de las consecuencias”, dijo el investigador Sébastien Philippe en France. 24. Philippe a contribué à la recherche Disclose et a co-écrit le livre “Toxic: An Investigation of French Nuclear Tests in Polynesia”.

À partir de 1975, la France a abandonné les essais aériens et a plutôt effectué des essais souterrains. Bien que “cette période soit encore très mal documentée”, a déclaré Philippe, il estime que les tests ont plus affecté l’environnement des îles que la population. « Les atolls étaient défigurés. Ces tests souterrains ont provoqué des effondrements et des fractures de roches, et des centaines de kilogrammes de produits de fission et de plutonium sont piégés. La faune et la flore ont été durement touchées », a ajouté Philippe, chercheur associé aux universités de Princeton et de Sciences Po à Paris et spécialiste des questions nucléaires.

Les résultats de l’enquête ont eu un grand impact en Polynésie française, incitant la France à organiser une table ronde avec des représentants des ministères de la défense, de la santé et des territoires d’outre-mer, ainsi qu’une délégation polynésienne début juillet. Geneviève Darrieussecq, sous-ministre des Anciens combattants, a déclaré à la réunion qu'”il n’y avait pas eu de dissimulation de l’État” et a rejeté des excuses officielles de France, malgré les demandes des groupes antinucléaires et des organisations politiques locales.

READ  Comment regarder les Six Nations de n'importe où

Reconnaître la responsabilité des conséquences des essais nucléaires « serait reconnaître que les autorités ont exposé les populations [to fallout] à leur insu, après avoir maintenu pendant des décennies que ces tests étaient propres », a déclaré Philippe. “Certaines institutions ne veulent pas nécessairement officialiser ce qui s’est passé, ou ne croient probablement pas qu’elles ont fait quelque chose de mal, car, à ce moment-là, elles suivaient les ordres.”

Indemnisation des victimes

L’absence d’excuses officielles est également étroitement liée à la question de l’indemnisation. “Reconnaître ce qui s’est passé, c’est aussi indemniser massivement la population”, a déclaré Philippe, qui estime à 700 millions d’euros le coût de l’indemnisation des victimes de cancer potentiellement causées par les tests atmosphériques.

Beaucoup continuent à chercher un certain type de réparation. Mais ils font face au Comité français d’indemnisation des victimes d’essais nucléaires (CIVEN), qui n’a pas encore reconnu que les retombées radioactives ont causé le cancer. Au cours de la table ronde de juillet, il est devenu évident que les plaignants avaient besoin d’aide pour préparer leurs demandes. La CIVEN reçoit 140 à 150 demandes d’indemnisation par an.

Le nouveau président de la CIVEN, Gilles Hermitte, anticipe une augmentation des réclamations en cas de décision officielle d’indemnisation. Il est essentiel que ces personnes disposent des informations correctes, a-t-il déclaré à l’AFP, mais elles ont également besoin d’aide pour “faire les démarches nécessaires pour obtenir les documents nécessaires à leur dossier, notamment des documents médicaux”.

Macron a confirmé que les dossiers seront ouverts, selon le président polynésien Édouard Fritch.

La France veut réparer sa relation trouble avec le territoire malgré une histoire qui continue d’empoisonner les relations. Le ministère de la Défense a indiqué qu’il s’engage à « permettre à tous les Polynésiens d’accéder à leur historique, fichiers et données de santé en toute transparence, de savoir ce qui s’est passé pendant cette période (…) acquérir armes nucléaires”.

READ  La France ajoute plus de médailles à son compte général

Des doutes subsistent sur les archives de France

Pour Philippe, accéder aux archives serait une étape importante pour pouvoir calculer indépendamment l’impact des retombées radioactives des tests.

“Par exemple, cela nous permettrait de mieux comprendre comment les autorités ont pris des décisions, pourquoi et quand les gens ont été exposés à des conséquences, et pourquoi il était acceptable à ce moment-là que les gens soient exposés”, a-t-il déclaré.

Mais il importe aussi de savoir comment la France ouvre ses archives et à qui. “Le problème, c’est de savoir quels fichiers seront déclassifiés”, précise Philippe. “Nous devons également voir si le gouvernement les ouvre à tous les enquêteurs sans enquête plus approfondie, pour éviter qu’une histoire unilatérale ne soit écrite.”

Le ministère de la Défense a déclaré qu’il devait expliquer “les méthodes et les données utilisées pour calculer les doses [of radioactivity] personnes reçues pendant et après les essais nucléaires » en Polynésie française.

Alors que les Polynésiens attendent peut-être des annonces importantes lors de la visite de Macron, l’Elysée est pour l’instant resté flou. « Le Président de la République aura intérêt, lors de ce voyage, à favoriser un dialogue étroit et transparent, favorisant la mise en œuvre rapide et concrète de diverses mesures, tant sur la question de la mémoire avec l’ouverture des archives que sur la question des indemnisations » dit l’Elysée.

Cet article a été traduit de l’original en français.