Les pique-niques ont été interdits et les poubelles clôturées dans une grande partie du nord de Rome alors que les autorités sanitaires s’efforcent de contenir la population de sangliers après la détection de la peste porcine africaine chez un animal décédé.

Nourrir ou approcher les animaux a également été interdit, tandis que les personnes qui ont traversé des terres agricoles ou des réserves naturelles dans les zones touchées ont été invitées à désinfecter leurs chaussures.

La peste porcine africaine, mortelle pour les porcs et les sangliers mais inoffensive pour l’homme, a été détectée jeudi dans la carcasse d’un sanglier mort dans la réserve naturelle d’Insugherata.

C’était la première fois qu’un cas était signalé dans le centre de Italie après la découverte de la maladie chez des sangliers dans la région nord du Piémont en janvier, incitant le gouvernement à nommer un commissaire spécial pour imposer des mesures d’éradication de la maladie.

Les «zones rouges» de sangliers touchées à Rome se trouvent au nord et au nord-ouest de la capitale italienne, y compris une zone près de la Cité du Vatican.

Quelque 23 000 sangliers vivent dans et autour de Rome, selon les estimations de Coldiretti, l’association des agriculteurs. Les animaux sont souvent aperçus dans les parcs, marchant dans la rue ou cherchant de la nourriture dans les poubelles qui débordent, notamment dans les quartiers nord de la ville.

Résidents de divers quartiers la semaine dernière imposé un « couvre-feu » nocturne après une série d’attaques de sangliers. Une femme a été légèrement blessée après avoir été poussée au sol par un animal rencontré en sortant les poubelles.

READ  « Ramenez cette femme à la maison ! » : la journaliste afghane Zahra Nabi raconte comment elle a vécu la chevalerie à la manière des talibans

Le ministre italien de la Santé, Roberto Speranza, a déclaré que la situation recevrait « une attention maximale ». Andrea Costa, sous-secrétaire au ministère de la Santé, a déclaré que le gouvernement discutait également d’un « plan d’abattage » pour réduire la population de sangliers.

« Je respecte la sensibilité des militants des droits des animaux et des écologistes, mais nous sommes confrontés à une urgence et il faut y faire face avec des mesures d’urgence », a-t-il déclaré à la chaîne de télévision publique Rai.