Un employé travaille sur la chaîne de montage de voitures électriques Bluecar à l’usine automobile Renault de Dieppe, dans l’ouest de la France, le 1er septembre 2015. REUTERS/Philippe Wojazer

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

PARIS, 22 juillet (Reuters) – L’activité manufacturière française s’est contractée et la croissance du secteur des services a ralenti en juillet, a révélé vendredi une enquête préliminaire auprès des directeurs d’achat, indiquant une fois de plus que la deuxième économie de la région, l’euro, pourrait se diriger vers une récession.

Le compilateur de données S&P Global a déclaré que son indice des directeurs d’achat français (PMI) a montré que le sous-indice manufacturier est tombé à 49,6 points, tombant sous le niveau de 50 points qui indique une croissance de l’activité pour la première fois depuis novembre 2020. Le sous-indice avait été prévu pour entrer 50,8.

Le sous-indice du secteur dominant des services en France est tombé à 52,1 points, contre 53,9 en juin et en dessous des attentes pour une lecture de 52,7. Il s’agit de la troisième baisse mensuelle consécutive.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Les données ont également montré la première baisse de l’activité des nouvelles entreprises du secteur privé depuis février 2021, la hausse de l’inflation, qui a atteint 6,5 % en juin, a affecté le pouvoir d’achat des clients.

« Les données PMI ‘flash’ de juillet soulèvent de nouvelles inquiétudes quant au fait que l’économie française se dirige vers une récession », a déclaré Joe Hayes, économiste senior chez S&P.

READ  Encore une belle fin pour Tvesa Malik à l'Open de France

« Il est difficile d’imaginer que la tendance à court terme s’améliore lorsque les preuves anecdotiques des panélistes continuent de brosser un tableau de la détérioration de la santé de la demande », a-t-il déclaré.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Informations de Tassilo Hummel ; Edité par Susan Fenton

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.