Ils seraient “Au moins un demi-million de résidents du Xinjiang appartenant à une minorité ethnique (…) envoyé dans les champs de coton pour y travailler de force ». Selon un rapport du chercheur allemand Adrian Zenz pour la fondation américaine Victims of Communism, révélé ce lundi par la chaîne britannique BBC, le journal français Lancement et le journal allemand Journal de Southgerman, Pékin organise le travail forcé de centaines de milliers de Ouïghours, le groupe ethnique musulman majoritairement turcophone du Xinjiang, pour récolter du coton dans la région nord-ouest du pays, afin d’atteindre ses objectifs d’expansion industrielle.

“L’augmentation des salaires en Chine, le coût du transport des travailleurs saisonniers, combinés à une réduction de l’aide gouvernementale au secteur depuis 2013, avaient rendu le coton chinois cueilli à la main plus cher que le coton mécanisé américain.”explique ce rapport. Par conséquent, la Chine veut accélérer la mécanisation, «Notamment en subventionnant l’achat de machines. Mais la mécanisation ne dépasse pas 20% dans le sud de la région. De plus, les superficies agricoles consacrées au coton sont en constante augmentation. En conséquence, en 2019, 70% du coton produit au Xinjiang était toujours cueilli à la main. “, prenez note du rapport.

Pour ce faire, Pékin, qui jusqu’à récemment comptait fortement sur les travailleurs migrants d’autres provinces, «Maintenant, il fournit aux planteurs une main-d’œuvre locale« disponible »,« docile »,« obéissante »,« travailleuse »,« sous une supervision de type militaire » “Prise en compte des travailleurs migrants “Venez de votre plein gré pour garantir un revenu pendant quelques semaines, dit l’auteur Adrian Zenz, que la cueillette du coton au Xinjiang emploie au moins 500 000 travailleurs forcés”, rapporter Lancement.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi “China Cables”: au Xinjiang, le big data au service de la surveillance totale des Ouïghours

Importations bloquées aux États-Unis

Ensuite, << En France ou dans le reste du monde, toute personne qui utilise un vêtement ou un accessoire comprenant, à un moment ou à un autre de la chaîne de production, une fibre de coton produite en Chine, doit tenir compte de la forte probabilité d'être bénéficiaire du travail forcé des Ouïghours », conclut le rapport.

READ  le suspect accusé d'enlèvement, de séquestration et de meurtre précédé d'une tentative de viol

Début décembre, les États-Unis ont annoncé une nouvelle mesure contre les importations de coton en provenance de la région chinoise du Xinjiang et, selon lui, de ” travail forcé “ de la minorité musulmane ouïghoure. Les douanes américaines peuvent désormais saisir les envois contenant du coton du Corps de production et de construction du Xinjiang (XPCC), a déclaré le ministère de la Sécurité intérieure. Le XPCC, grande entité économique et semi-militaire du Xinjiang, fait l’objet de sanctions depuis fin août par le Trésor américain.

Il s’agit de la sixième mesure prise par les douanes américaines en trois mois pour bloquer les marchandises de la ” travail forcé “ au Xinjiang, selon le communiqué. Les États-Unis avaient déjà adopté cinq décrets à la mi-septembre et bloqué l’importation d’un certain nombre de produits du Xinjiang, notamment du coton et des textiles, des produits capillaires et des pièces d’ordinateurs, accusant Pékin d’avoir créé un système de travail forcé pour le Ouïghours.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Chine, le nouvel archipel ouïghour du Goulag

Le monde