Le sélectionneur de France a une nouvelle fois salué le potentiel et la persévérance du jeune prodige du Stade Rennais.

Didier Deschamps est apparu en conférence de presse ce jeudi pour annoncer sa liste pour le prochain match de l’équipe de France. Le nouvel appel dans le groupe français du jeune Eduardo Camavinga a été l’une des leçons notables de cette liste. L’entraîneur des Bleus a fait de vifs commentaires sur le prodige rennais.

Dithyrambic Deschamps sur Camavinga

« Il a la capacité de très bien faire les choses », a déclaré Didier Deschamps. Il est capable de faire des choses que les autres font pires. Surtout dans l’utilisation du ballon où il a cette capacité dans toutes ses réceptions, ses orientations, ses passes … Le ballon ne le dérange pas du tout. Il a toutDes mots qui ne devraient pas laisser le jeune de 17 ans insensible.

Didier Deschamps a également reconnu qu’il scrutait la Ligue 1, abordant notamment le cas de Téji Savanier de Montpellier. « Il existe de nombreux acteurs à succès en L1 et à l’étranger.. Mais nous prenons en compte la durée et la performance des différents matches. Il y a des périodes plus favorables dans une saison. Mais c’est un joueur intéressant et surprenant. C’est également décisif. On regarde les matchs à Montpellier. Nous en regardons également d’autres avec au moins une bonne cinquantaine de joueurs à surveiller. « 

Matuidi s’éloigne des Bleus

Au contraire, Blaise Matuidi s’est éloigné de l’équipe de France. Le technicien ne cache pas que le champion du monde va plus loin en jouant à Miami, en MLS. «Blaise (Matuidi) y est allé. C’est un choix de carrière, un choix de vie. Il l’assume. Je peux le comprendre à son âge (33 ans). On en a discuté ensemble, il sait très bien que prendre cette décision est plus compliqué pour lui par rapport au groupe français.. Je n’ai pas dit un non catégorique, par rapport à ce qu’il a fait, ce qu’il pouvait faire, sachant qu’il y a de la concurrence. Ça vient, ça grandit. Jeunes et vieux. Il est toujours un joueur de haut niveau. C’est à lui de s’adapter à une situation différente, à des parties différentes. Il y en a d’autres qui sont partis. Je pense à l’exemple d’André-Pierre Gignac qui était au Mexique. Cela ne nous a pas empêché de le suivre. « 

READ  La moitié de la Suisse double jab contre Covid

Lire aussi – Chez les Bleus, Camavinga impressionne déjà tout le monde