Incarnation de l’esprit nécessaire pour surmonter les défis des deux dernières années, les majors de la promotion représentant la promotion 2022 du Collège Selkirk offriront un accueil enthousiaste à leurs pairs sur le campus de Castlegar le 26 avril.

Lors de la première cérémonie en personne depuis 2019, les étudiants diplômés de tous les programmes du Selkirk College traverseront la scène et auront un avenir extraordinaire lors de la Convocation 2022. James Besa et Gagnjeet Singh ont été choisis comme valedictorians de cette année qui fourniront quelques mots inspirants de cérémonies fixées pour la journée.

«Nous sommes résilients et recherchons la grandeur, malgré de multiples facteurs de stress massifs en nous-mêmes et dans notre environnement», déclare Besa, diplômée du programme de quatre ans de baccalauréat en sciences infirmières (BSN). « Ensemble, nous avons relevé les défis liés à cette pandémie de COVID-19. Je suis convaincu que nous surmonterons tous les défis qui nous attendent, surtout maintenant que nous avons les bonnes connaissances, compétences et attitude dans notre boîte à outils.

Besa a grandi dans une petite ville des Philippines et est venu au Canada en 2016 pour en savoir plus sur lui-même et poursuivre des objectifs académiques. Sa mère a immigré au Canada peu de temps auparavant, ce qui a ouvert la voie au Selkirk College. Débutant dans le programme de perfectionnement académique pour obtenir les exigences nécessaires, Besa est entrée dans le programme de sciences infirmières en 2017.

Étudiante exceptionnelle tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la salle de classe, le cœur chaleureux de Besa et sa passion pour l’apprentissage ont alimenté un parcours réussi de quatre ans. Il est devenu un chef de file tant au niveau local que national et fait actuellement partie de l’Association canadienne des étudiants en sciences infirmières en tant que président du caucus des personnes de couleur, qui lance des projets permettant aux étudiants en sciences infirmières de tout le pays d’exprimer leurs préoccupations en matière de santé et de sécurité.

READ  Si les symptômes du COVID-19 se manifestent, n'attendez pas pour être testé | Nouvelles

Récemment revenu de son dernier stage de cinq semaines dans la communauté d’Iskut, dans le nord de la Colombie-Britannique, Besa était à l’avant-garde des soins de santé autochtones, l’aidant à consolider davantage ses connaissances et son expérience. Faisant son chemin vers l’enseignement postsecondaire avec des emplois de cuisinière à la chaîne, de femme de ménage, d’assistante en soins de santé et d’étudiante en soins infirmiers salariée, Besa va maintenant se concentrer sur sa nouvelle carrière. Il veut d’abord travailler dans les hôpitaux locaux, avec l’objectif à long terme de faire partie de l’équipe de l’Organisation mondiale de la santé à Genève, en Suisse.

« Les soins infirmiers sont l’art et la science de prendre soin des gens de l’utérus à la tombe, donc je rencontre des gens de différents horizons dans cet environnement en constante évolution », explique la jeune femme de 23 ans. « Les personnes que je côtoie au quotidien me racontent des histoires uniques et remarquables sur elles-mêmes, leur point de vue et leur environnement. Cela me permet d’en savoir plus sur moi-même et sur mon environnement encore plus profondément, ce que j’aime le plus.

Pas d’obstacles, seulement des opportunités

Singh est arrivé d’Inde sur le campus de Castlegar pour le programme d’études supérieures en administration des affaires de deux ans quelques semaines seulement avant que le monde ne change au début de 2020. Déjà six ans dans l’enseignement postsecondaire, il a quitté un emploi stable dans le marketing à New Delhi pour poursuivre une nouvelle direction au Canada. En choisissant Selkirk College en raison de son cadre rural, il voulait s’immerger pleinement dans une nouvelle culture. Singh est arrivé à Castlegar un jour de neige en janvier et n’a pas regardé en arrière.

READ  Ministre français de la Défense : la France augmente ses dépenses de sécurité et étend ses opérations à l'étranger

« Cet endroit me touche vraiment, j’aime les montagnes et l’eau qui coule », déclare le jeune homme de 28 ans. « Tout aussi important, mes interactions avec les gens de cette communauté ont été si bonnes que je me sens vraiment acceptée. C’est le meilleur sentiment que vous puissiez avoir lorsque vous vous déplacez d’un pays à l’autre. Sur le papier, il devait y avoir une grande différence culturelle, mais je n’ai jamais ressenti cela. Je n’ai jamais eu le mal du pays parce qu’il y avait toujours des gens à soutenir et à aider. C’est pourquoi j’aime tant la région. »

Au cours de ses deux premiers mois au Selkirk College, Singh a concentré son énergie en dehors des cours sur le bénévolat. Il s’est impliqué dans le syndicat étudiant, le Selkirk College Business Club, et est devenu un pair tuteur.

« Une grande partie de mon succès ici a été le travail bénévole que j’ai fait parce qu’il crée un lien important avec les gens », dit-elle. « Chaque fois que je me connectais avec quelqu’un, j’avais quelque chose de nouveau à apprendre… une nouvelle histoire, une nouvelle expérience, leur point de vue. Apprendre des autres est ce qui m’a aidé à planifier mon voyage au Canada.

Lorsque la pandémie a interrompu l’apprentissage en personne à partir de la mi-mars 2020, Singh n’a pas laissé le chaos du moment l’empêcher de vouloir de nouvelles expériences. Bien qu’elle ait raté les contacts en personne, elle a tiré le meilleur parti d’une situation difficile en comprenant mieux le modèle de prestation en ligne.

« C’était un changement pour nous en tant qu’étudiants, mais c’était un changement important pour les instructeurs », explique Singh. « Tout le monde essayait de s’adapter, alors j’ai fait mes recherches pour m’assurer que je connaissais la meilleure façon de communiquer dans cette nouvelle situation. Cela a aidé à réduire les défis et m’a donné l’occasion d’apprendre quelque chose de nouveau.

READ  Un fossile incroyable montre T.rex et Triceratops enfermés dans une bataille à mort

La passion de Singh pour la communauté et son enthousiasme pour l’apprentissage lui ont permis de devenir un leader au Selkirk College. À la mi-2021, il a été choisi comme représentant étudiant au sein du comité qui a embauché la nouvelle présidente du Selkirk College, la Dre Maggie Matear, une tâche qui a nécessité des mois de travail acharné. Il a effectué un stage et un placement coopératif chez Selkirk Innovates, où il a recherché des modèles de prestation de développement économique local, travaillé avec le secteur minier régional et aidé à présenter les résultats lors d’une conférence nationale au Québec.

Avec l’intention de rester à Kootenays, Singh propose un guide simple aux diplômés et aux futurs étudiants.

« Lorsque les gens vous voient faire de gros efforts, ils essaient d’égaler vos efforts et c’est là que le travail est fait », dit-il. « Vous ne pouvez pas vous asseoir à l’école ou dans la vie parce que ce n’est pas comme ça que les choses se passent. Il n’y a pas de mal à essayer et il n’y a pas de mal à échouer. Chaque échec t’apprend quelque chose et c’est comme ça que je le vis, c’est quelque chose que mon père m’a toujours appris. Je n’ai jamais peur d’essayer. »

Les diplômés des neuf écoles d’études différentes seront divisés en deux cérémonies de convocation différentes le 26 avril, l’une commençant à 10 h et l’autre à 13 h 30.

Vous pouvez en savoir plus sur les majors de promotion James Besa et Gaganjeet Singh sur selkirk.ca.